L’offre de soins co­or­don­née se struc­ture

L'Yonne Républicaine (publicaine) - - Puisaye Actualités - Oli­vier Ri­chard oli­vier.ri­chard@cen­tre­france.com

La Pui­saye-For­terre compte plu­sieurs centres mé­di­caux, dont cer­tains la­bé­li­sés par l’Agence ré­gio­nale de san­té. Et des en­ti­tés mul­ti­sites se pré­parent.

Face à la ra­ré­fac­tion de l’offre de soins, la Pui­sayeFor­terre conti­nue de s’or­ga­ni­ser. No­tam­ment avec des struc­tures col­lec­tives, fa­vo­ri­sant l’exer­cice co­or­don­né – le par­tage d’in­for­ma­tions entre pro­fes­sion­nels de san­té – en­cou­ra­gé par l’ARS (Agence ré­gio­nale de san­té).

La mai­son de san­té de Saint

Sau­veur, ou­verte en 2012, compte au­jourd’hui quatre mé­de­cins gé­né­ra­listes (dont une nou­velle ins­tal­lée ce mois­ci), trois in­fir­mières li­bé­rales, un den­tiste, un po­do­logue, un or­tho­pho­niste, une psy­cho­mo­tri­cienne, un ki­né­si­thé­ra­peute, un os­téo­pathe, une sage­femme, des spé­cia­listes des ad­dic­tions (AN­PAA), une an­tenne du centre mé­di­co­psy­cho­lo­gique (CMP). En outre, la mai­son de san­té ac­cueille ré­gu­liè­re­ment des in­ternes des fa­cul­tés de mé­de­cine de Pa­ris VII et de Di­jon, ain­si que des ex­ternes.

Té­lé­mé­de­cine… sans fibre

« Nous avons in­té­gré deux mé­de­cins pour un dé­part à la re­traite, se fé­li­cite le Dr Pau­lo Da Sil­va Mo­rei­ra, co­fon­da­teur de la struc­ture. Ces nou­veaux mé­de­cins sont jeunes. L’ac­cueil d’in­ternes et d’ex­ternes est aus­si une ma­nière de pré­pa­rer l’ave­nir, de les sen­si­bi­li­ser à la mé­de­cine en mi­lieu ru­ral et de faire par­ler de notre ter­ri­toire. »

La struc­ture se lance dans la té­lé­mé­de­cine, pro­po­sant des con­sul­ta­tions de der­ma­to­lo­gie et de car­dio­lo­gie à dis­tance « pour des pa­tients que l’on connaît ». Mais ce dé­ve­lop­pe­ment est frei­né par les in­fra­struc­tures de té­lé­com­mu­ni­ca­tion. « Il n’y a pas as­sez de dé­bit in­ter­net. Il nous fau­drait la fibre », plaide Pau­lo Da Sil­va Mo­rei­ra.

Pre­mière mai­son de san­té de

France la­bel­li­sée par l’ARS, la Mai­son de san­té aman­di­noise

(Nièvre) a été créée en 2005. Elle compte au­jourd’hui trois mé­de­cins gé­né­ra­listes, un chi­rur­gien­den­tiste, trois in­fir­mières, une ki­né­si­thé­ra­peute, une or­tho­pho­niste, une po­do­logue, une psy­cho­logue, une sage­femme, une dié­té­ti­cienne, un ser­vice d’aide à do­mi­cile. La struc­ture re­cherche un qua­trième mé­de­cin gé­né­ra­liste mais se heurte à un pro­blème d’es­pace. Des tra­vaux doivent être réa­li­sés à l’étage.

La mai­son de la san­té de

Char­ny, pas en­core la­bé­li­sée par l’ARS, compte un mé­de­cin gé­né­ra­liste, un den­tiste, sept in­fir­mières, un pé­di­cure po­do­logue, un psy­cho­logue, trois ki­né­si­thé­ra­peutes, un or­tho­pho­niste et une psy­cho­mo­tri­cienne tout juste ins­tal­lée. « Nous re­cher­chons tou­jours un mé­de­cin et un den­tiste sup­plé­men­taire, in­dique Mi­chel Cour­tois, maire de Char­ny­Orée­de­Pui­saye. Nous uti­li­sons tous les moyens à dis­po­si­tion. » La com­mune nou­velle a pas­sé une con­ven­tion avec un étu­diant en mé­de­cine (notre édi­tion du mar­di 26 dé­cembre

2017), mais ce­lui­ci ne s’ins­tal­le­ra pas avant plu­sieurs an­nées. La Com­mu­nau­té de com­munes de Pui­saye­For­terre a re­pris la ges­tion de la mai­son de Char­ny ju­ri­di­que­ment au 1er jan­vier. Dans les faits, cette re­prise est « en cours ». Ob­jec­tif, « ré­or­ga­ni­ser le site pour avoir un vé­ri­table pôle mé­di­cal à moyen terme », in­dique Pa­trick Butt­ner.

Le pro­jet de mai­son de san­té plu­ri­dis­ci­pli­naire (MSP) de Blé

neau a été va­li­dé cet été. Il ras­semble une sage­femme, quatre in­fir­mières, un pé­di­cure po­do­logue, deux mé­de­cins gé­né­ra­listes, ain­si que deux ki­né­si­thé­ra­peutes et le phar­ma­cien de la com­mune, non ins­tal­lés phy­si­que­ment dans la mai­son mais qui y adhèrent. « Des for­ma­tions ont dé­bu­té pour l’exer­cice co­or­don­né et nous al­lons re­cru­ter une co­or­di­na­trice », in­dique Thier­ry Gau­driault, phar­ma­cien. Une autre MSP mul­ti­sites a été va­li­dée cet été par l’ARS : celle de Cour­son­les­Car­rères, avec Che­vannes, Vin­celles et Ouanne.

Maillage du ter­ri­toire

Et en­suite ? « Les pro­jets visent à ren­for­cer les MSP exis­tantes en créant des an­tennes, par exemple à Saint­Far­geau et à Cham­pi­gnelles, in­dique l’ARS. Il s’agit de main­te­nir des points d’offre de san­té pri­maire, comme par exemple à Ouanne, et de créer des MSP mul­ti­sites au­tour de Tou­cy et Char­ny, afin qu’au­cun pro­fes­sion­nel ne reste iso­lé sur le ter­ri­toire de Pui­sayeFor­terre. Le tra­vail de maillage en exer­cice co­or­don­né de­vrait se pour­suivre dé­but 2019 avec un pro­jet pour Tou­cy­Pour­rain. »

IL­LUS­TRA­TION F. SALESSE

RÉ­SEAU.Pour l’Agence ré­gio­nale de san­té, « les pro­jets visent à ren­for­cer les mai­sons de san­té plu­ri­dis­ci­pli­naires exis­tantes, en créant des an­tennes, par exemple à Saint-Far­geau et à Cham­pi­gnelles ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.