La Ré­gion vote une aide de 5 M€ pour les éle­veurs

Lors de la ses­sion plé­nière du con­seil ré­gio­nal qui s’est dé­rou­lée hier, à Di­jon

L'Yonne Républicaine (publicaine) - - La Une - Vé­ro­nique Sel­lès ve­ro­nique.selles@cen­tre­france.com

Hier, les élus de Bour­gogne Franche-Com­té ont vo­té à l’una­ni­mi­té une en­ve­loppe de 5 M€ afin de ve­nir en aide aux agri­cul­teurs im­pac­tés par la sé­che­resse.

Cinq mil­lions d’eu­ros, et non 500.000 € comme un temps en­vi­sa­gé par la Ré­gion. Hier, la sé­che­resse et les dif­fi­cul­tés tra­ver­sées par le sec­teur agri­cole ont nour­ri les dé­bats des élus de Bour­gogne Franche­Com­té.

Dans ses pro­pos li­mi­naires, la pré­si­dente PS Ma­rie­Guite Du­fay a te­nu à ex­pli­ci­ter une nou­velle fois la mé­thode adop­tée pour éla­bo­rer ce plan glo­bal de sou­tien en concer­ta­tion avec la pro­fes­sion agri­cole et les autres col­lec­ti­vi­tés (État, Dé­par­te­ments). « La Ré­gion a sou­hai­té mettre en place un cadre à la fois ré­ac­tif et co­or­don­né afin de sé­cu­ri­ser les in­ter­ven­tions », a­telle in­di­qué, rap­pe­lant que ces der­nières étaient par­ti­cu­liè­re­ment com­plexes en mi­lieu agri­cole en rai­son des contraintes de l’Union eu­ro­péenne et de la loi NOTRe ayant sup­pri­mé la clause de com­pé­tence gé­né­rale des Dé­par­te­ments.

« Nous avons sou­hai­té prendre du temps pour sé­cu­ri­ser le dis­po­si­tif, de ma­nière à ce que les agri­cul­teurs ne soient pas contraints de rem­bour­ser les aides si l’Eu­rope es­ti­mait qu’elles n’avaient pas lieu d’être ver­sées », a ren­ché­ri So­phie Fon­quer­nie, vice­pré­si­dente en charge de l’agri­cul­ture, de la vi­ti­ culture, de l’agroa­li­men­taire et de la pro­mo­tion des ter­roirs. « Il y a ur­gence au­jourd’hui à ve­nir en aide aux éle­veurs. Je suis sur le ter­rain de­puis fin août. D’abord dans les dé­par­te­ments de l’est de la ré­gion et puis dans ceux plus à l’ouest, la sé­che­resse ga­gnant du ter­rain et s’ag­gra­vant par­tout. Au cours des der­niers mois, une ex­ploi­ta­tion moyenne a per­du entre 10.000 et 20.000 €. Cer­taines vont se trou­ver en dif­fi­cul­té pour pas­ser l’hi­ver. La pé­nu­rie de four­rage se fait sentir. À par­tir de fé­vrier, des éle­veurs n’au­ront plus de quoi nour­rir leur bé­tail. Nous vou­lons évi­ter qu’ils ne sombrent dans la déses­pé­rance. »

Cinq mil­lions d’eu­ros dans un pre­mier temps, vo­tés hier à l’una­ni­mi­té. Cinq autres sup­plé­men­taires à moyen terme pour réa­li­ser des in­ves­tis­se­ments spé­ci­fiques liés à la sé­che­resse (bâ­ti­ment d’éle­vage, de sto­ckage) : ce deuxième ni­veau d’in­ter­ven­tion per­met­tra d’éla­bo­rer des mon­tages fi­nan­ciers avec les Dé­par­te­ments dé­si­reux de sou­te­nir l’in­ves­tis­se­ment. « Toute cette ré­flexion, pré­cise So­phie Fon­quer­nie, est me­née dans le cadre du plan ré­gio­nal de dé­ve­lop­pe­ment de l’agri­cul­ture dont l’ob­jet est d’adap­ter nos modes de pro­duc­tion au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. »

« Un cadre ré­ac­tif et co­or­don­né »

PHO­TO D’AR­CHIVES F. S.

BOVINS. La sé­che­resse af­fecte du­re­ment les agri­cul­teurs de la ré­gion. Ré­colte et pro­duc­tion n’ont pas été au ni­veau et une pé­nu­rie de four­rage est at­ten­due au cours de l’hi­ver, pro­vo­quant une hausse des prix du foin et de la paille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.