« J’ai­me­rais pou­voir ap­por­ter plus »

L'Yonne Républicaine (publicaine) - - Sports L'actualité Locale -

Scot­ty Ge­nète est un peu le ba­ro­mètre de l’AS Hé­ry. Le me­neur a vé­cu une en­tame de sai­son dif­fi­cile, à l’image de son équipe qui ne compte que deux vic­toires.

Il y est sou­vent pour quelque chose quand l’AS Hé­ry brille. Et lors­qu’elle est en dif­fi­cul­té, c’est qu’il l’est aus­si… Scot­ty Ge­nète est au dia­pa­son de son équipe. Cette sai­son, le joueur comme son col­lec­tif peinent à trou­ver le bon rythme. « J’ai eu des pe­tits sou­cis en dé­but de sai­son qui m’ont fait lou­per deux matches. Je com­mence à re­trou­ver vrai­ment mes sen­sa­tions », ras­sure le me­neur. « C’est vrai qu’on m’at­tend sur le sco­ring, mais j’es­saye de mettre en confiance d’abord les autres. J’ai­me­rais pou­voir ap­por­ter plus. Main­te­nant que j’ai re­trou­vé les jambes, il faut que le men­tal s’y as­so­cie. »

Comme ses co­équi­piers, Scot­ty Ge­nète doit d’adap­ter à la Na­tio­nale 3. À son poste, l’écart avec la Pré­na­tio­nale est pal­pable.

PER­CUS­SION.

« La dif­fé­rence que je peux ren­con­trer, elle va être phy­sique, par­fois, note­til. Il y a des équipes qui n’ont pas de pro­fil de me­neur de jeu, de pe­tit. Comme à Ozoir : il n’y avait que des ex­té­rieurs très grands. For­cé­ment, je re­trouve la bar­rière phy­sique. Mon jeu est plu­tôt por­té sur la per­cus­sion… Ce ne sont pas les mêmes ga­ba­rits. »

Avec seule­ment deux vic­toires en neuf jour­nées, l’AS Hé­ry sait qu’il de­vient urgent de haus­ser son ni­veau de jeu. Et les joueurs ont les clés pour le faire. « L’an­née der­nière, ce qui se pas­sait, c’est qu’on ar­ri­vait à do­mi­ner phy­si­que­ment. Main­te­nant qu’on re­trouve la même confron­ta­tion phy­sique, il faut qu’on dé­ve­loppe autre chose, avance Scot­ty Ge­nète. Plus dans l’in­tel­li­gence de jeu, même dans la tech­nique in­di­vi­duelle. Il faut qu’on pro­gresse là­des­sus. Après, c’est com­pli­qué avec deux en­traî­ne­ments par se­maine. Et en ce mo­ment, on a pas mal de joueurs di­mi­nués phy­si­que­ment ou bles­sés. »

Un dé­fi phy­sique

Des bles­sures qui peuvent être liées, jus­te­ment, à l’exi­gence de la N3. « C’est phy­sique, ça met des coups à l’in­té­rieur. On s’aper­çoit que les joueurs qui sont bles­sés ou ont des pro­blèmes phy­siques sont des joueurs qui vont sou­vent à l’in­té­rieur : Geof­frey, Lio­nel, John­ny… » énu­mère le me­neur, en ré­fé­rence à Lu­zi­ti­sa, Zan­dro­nis et Ka­piaNo­ba­na.

Tou­te­fois, les Hé­rys­sois ont prou­vé, no­tam­ment la se­maine der­nière face à Nan­cy, qu’ils sont ca­pables de ri­va­li­ser avec leurs ad­ver­saires. « Il faut pou­voir le faire sur la du­rée… » souffle Scot­ty Ge­nète.

PHOTO S. H.

« Il faut que je re­trouve un peu de cons­tance », confie le me­neur de l’AS Hé­ry Scot­ty Ge­nète, qui re­trouve de bonnes sen­sa­tions après un dé­but de sai­son com­pli­qué.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.