L’OMS et l’Uni­cef en­cou­ragent ce geste

L'Yonne Républicaine (Sénonais) - - Sens -

L’un des mes­sages de la cam­pagne na­tio­nale consiste à en­cou­ra­ger l’al­lai­te­ment ma­ter­nel ex­clu­sif pen­dant les six pre­miers mois du nour­ris­son. Pré­co­ni­sa­tion faite par la Haute au­to­ri­té à la san­té.

L’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS) es­time en ef­fet que si un bé­bé était al­lai­té jus­qu’à l’âge de 2 ans, on sau­ve­rait près de 800.000 vies chaque an­née dans le monde. La France est l’un des pays CONSTAT. eu­ro­péens où cet al­lai­te­ment ma­ter­nel est le plus faible, sou­vent par manque d’in­for­ma­tions. La Haute au­to­ri­té de san­té pré­co­nise pour­tant « un al­lai­te­ment ex­clu­sif pen­dant les six pre­miers mois de la vie de l’en­fant ». Et bien que l’al­lai­te­ment fasse aus­si par­tie des ob­jec­tifs des trois plans na­tio­naux, Nu­tri­tion san­té, de­puis 2001, la pro­por­tion des Fran­çaises qui al­laitent pro­gresse len­te­ment dans l’Hexa­gone. Se­lon une étude pu­bliée en sep­tembre 2016 dans le Bul­le­tin épi­dé­mio­lo­gique heb­do­ma­daire, près de 70 % des Fran­çaises al­laitent leur bé­bé lors­qu’elles sont à la ma­ter­ni­té, mais dès le re­tour à la mai­son, ce taux re­cule net­te­ment. Six mois après la nais­sance, « seule­ment 19 % des mères al­laitent en­core leurs en­fants contre 35 % au Por­tu­gal, 40 % en Es­pagne, 70 % en Suède ».

Du 15 au 20 oc­tobre, les bé­né­voles sé­no­nais de La Leche League ont, à cet ef­fet, pro­gram­mé une sé­rie de ren­dez­vous afin d’in­for­mer les pa­rents sur l’al­lai­te­ment. « Nous avons op­té pour trois ap­proches très dif­fé­rentes afin de nous adap­ter à tous les pu­blics, ex­plique Va­nes­sa Lasne, ani­ma­trice de l’as­so­cia­tion. Pour les pa­rents, c’est sur­tout l’oc­ca­sion de dé­cou­vrir les per­sonnes et les struc­tures lo­cales qui sont in­ves­ties au­tour de cette ques­tion ».

Si ses bien­faits sont éta­blis pour la san­té de la mère et de l’en­fant, l’al­lai­te­ment reste une pra­tique qui pâ­tit en­core de nom­ breuses idées re­çues. « La France a du re­tard. Bien que le dis­cours of­fi­ciel l’en­cou­rage, les congés ma­ter­ni­té très courts et la va­lo­ri­sa­tion de l’au­to­no­mie du nou­veau­né ne sont pas en adé­qua­tion avec la pra­tique. »

Ce­pen­dant, de nom­breuses so­lu­tions existent pour per­mettre aux pa­rents qui le sou­haitent de vivre l’ex­pé­rience. « Notre vo­lon­té est d’ac­com­pa­gner tous les pro­jets d’al­lai­te­ment, quelles que soient la du­rée et l’ap­proche sou­hai­tée. Nous ne sommes pas là pour im­po­ser un sché­ma et faire du pro­sé­ly­tisme. On ac­cueille vrai­ment toutes les ma­mans avec beau­coup de bien­veillance », as­sure Va­nes­sa Lasne. Afin de per­mettre aux jeunes pa­rents de pou­voir s’or­ga­ni­ser fa­ci­le­ment, toutes les ani­ma­tions sont gra­tuites et sans ins­crip­tions.

PHO­TO FRANCK BOI­LEAU

L’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té es­time que si un bé­bé était al­lai­té jus­qu’à l’âge de 2 ans, on sau­ve­rait près de 800.000 vies chaque an­née dans le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.