La grippe a tué 32 per­sonnes en 2017-2018

L'Yonne Républicaine (Sénonais) - - La Une - Cin­dy Bon­naud cin­dy.bon­naud@cen­tre­france.com (*) Elle a fait près de 20.000 morts en 2003.

Alors que la cam­pagne de vac­ci­na­tion a été lan­cée le mois der­nier, quelques cas de grippe ont dé­jà été re­cen­sés, no­tam­ment dans le Nord, le Nord Est ou en­core en Bre­tagne. Les in­di­ca­teurs sont au vert pour l’Yonne et la ré­gion. Tou­te­fois, le vi­rus est bien là. Les au­to­ri­tés sa­ni­taires rap­pellent que la grippe n’est pas une ma­la­die ano­dine. L’an der­nier, en France, 13.000 dé­cès lui sont at­tri­bués, di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment.

«On entre dans une pé­riode de sur­veillance. » Les pre­miers syn­dromes grip­paux sont ap­pa­rus en France ces der­niers jours. Rien d’alar­mant pour le mo­ment. Ni au­cune épi­dé­mie à ce stade. Mais « ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’épi­dé­mie que le vi­rus ne se pro­page pas, sou­ligne Olivier Re­teln, épi­dé­mio­lo­giste à la cel­lule d’in­ter­ven­tion en ré­gion de San­té pu­blique France. Il est bien dans l’air et cir­cule. »

Forte fièvre, maux de tête, cour­ba­tures, la grippe ne doit pas être prise à la lé­gère. Elle reste une ma­la­die mor­telle. L’épi­dé­mie en 2017­2018 a été « pré­coce et longue ». Seize se­maines au to­tal, jus­qu’à fin mars. Avec comme spé­ci­fi­ci­tés : « plus de consul­ta­tions aux ur­gences, plus d’hos­pi­ta­li­sa­tions et plus de sé­jours en ré­ani­ma­tion, sou­ligne le Dr Gilles Le­boube, mé­de­cin à l’Agence ré­gio­nale de san­té Bour­gogne Franche­Com­té. La grippe a été d’in­ten­si­té moindre par rap­port à la sai­son d’avant, avec moins de morts, mais a eu un im­pact im­por­tant en mi­lieu hos­pi­ta­lier. » Au ni­veau na­tio­nal, en­vi­ ron 2.900 cas graves ont été ad­mis en ré­ani­ma­tion (chiffre le plus éle­vé de­puis la mise en place de la sur­veillance) dont 482 sont dé­cé­dés.

En Bour­gogne Franche­Com­té, 132 cas graves ad­mis en ré­ani­ma­tion (chiffre aus­si le plus éle­vé) ont été re­cen­sés. Par­mi eux, 14 Icau­nais et 8 Ni­ver­nais. Sur les 132 per­sonnes, 113 pré­sen­taient au moins un fac­teur de risque. Et pour la ma­jo­ri­té, il s’agit de l’âge : ils avaient plus de 65 ans. Avec un lourd bi­lan. 32 pa­tients sont dé­cé­dés. « Le sta­tut vac­ci­nal était connu pour 11 cas : deux étaient vac­ci­nés contre la grippe. »

« Ces cas graves ad­mis en ré­ani­ma­tion sont le som­met de l’iceberg, si j’ose dire, pour­suit le mé­de­cin. Car il y a aus­si des gens dont le dé­cès est at­tri­buable à la grippe qui vi­vaient chez eux, en Eh­pad ou hos­pi­ta­li­sé au­tre­ment. En France, on a comp­té 13.000 dé­cès at­tri­buables à la grippe. Con­trai­re­ment à la ca­ni­cule (*), on n’en en­tend pas par­ler. » Le chiffre est éle­vé mais in­fé­rieur à ce­lui de 20162017 (14.400) et de 2014­2015 (14.500). Pour les spé­cia­listes, la cou­ver­ture vac­ci­nale contre la grippe est le pre­mier re­mède mais « in­suf­fi­sante ». Elle a été es­ti­mée à 45,6 % en France, la sai­son der­nière. À 47,5 % dans l’Yonne et 48 % dans la Nièvre. Se­lon les chiffres de San­té pu­blique France, elle est es­ti­mée à 49,7 % chez les per­sonnes de 65 ans et plus, et à 28,9 % chez les per­sonnes à risque de moins de 65 ans, qui ont des pa­tho­lo­gies pul­mo­naires, car­diaques, ré­nales, neu­ro­mus­cu­laires ou en­core sont dia­bé­tiques.

« 75 à 80 % des cas graves ne sont pas vac­ci­nés, in­siste le Dr Gilles Le­boube. Pa­ral­lè­le­ment au fait qu’il s’agisse de gens âgés et de ma­lades ch­ro­niques. Au­de­là du vi­rus pur, ce sont les com­pli­ca­tions qu’il pro­voque » qui peuvent être fa­tales. « La grippe est une croi­sade per­ma­nente. Il faut ré­pé­ter, ré­pé­ter. Quand on se vac­cine, on pro­tège aus­si les autres. » La cam­pagne de vac­ci­na­tion a d’ailleurs dé­bu­té le mois der­nier. « Cette an­née, le vac­cin est qua­dri­va­lent avec les deux souches A et les deux souches B. Dans l’épi­dé­mie de l’an der­nier, l’une des souches B a été res­pon­sable de beau­coup de cas. S’il est vrai que le vac­cin n’est pas ef­fi­cace à 100 %, car ce­la dé­pend des com­bi­nai­sons gé­né­tiques du vi­rus, qui mute chaque an­née, il at­té­nue beau­coup la ma­la­die et sauve des mil­liers de vies. »

Les per­sonnes âgées de plus de 65 ans les plus tou­chées

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.