Qui sont les Tou­cy­cois morts en 14-18 ?

L'Yonne Républicaine (Sénonais) - - Puisaye Vie Locale -

L’as­so­cia­tion du Vieux Tou­cy dé­taille, dans son der­nier bul­le­tin, les pro­fils des 112 sol­dats de la Grande Guerre ins­crits sur le mo­nu­ment aux morts de Tou­cy.

An­nick Ra­pin et JeanPierre Huot ont consul­té le site in­ter­net Mé­moire des hommes, éplu­ché les archives dé­par­te­men­tales, l’état­civil et les archives com­mu­nales. Plu­sieurs mois de re­cherches et de re­cou­pe­ments. Ils ont choi­si de trans­crire les noms « par ordre chro­no­ RE­PRÉ­SEN­TA­TIFS. « lo­gique de dé­cès, afin de re­flé­ter au mieux les dif­fé­rents épi­sodes de la guerre. » Vingt­neuf sol­dats sont morts en 1914, au­tant en 1915, 25 en 1916, huit en 1917, 20 en 1918 et même un en 1919 (suite à une bles­sure par éclat d’obus).

Pour cha­cun, les in­for­ma­tions es­sen­tielles sont in­di­quées : nom, pré­nom, âge, date, lieu et cause du dé­cès, pro­fes­sion, noms des pa­rents, ma­tri­cule, af­fec­ta­tion… « Ce­pen­dant, pour quelques sol­dats, les re­cherches se sont avé­rées in­fruc­tueuses, pré­cise An­nick Ra­pin. Et la rai­son de leur ins­crip­tion sur le mo­nu­ment de Tou­cy reste in­con­nue. » À pro­pos de cette ins­crip­tion, « pour fi­gu­rer sur un mo­nu­ment, il fal­lait en prin­cipe avoir re­çu la dis­tinc­tion Mort pour la France. La mu­ni­ci­pa­li­té de Tou­cy s’est mon­trée moins sé­vère et a fait fi­gu­rer éga­le­ment les hommes qui, dé­cé­dés de ma­la­die, n’ont pas eu le droit à cette men­tion. »

Les Tou­cy­cois ins­crits sur le mo­nu­ment « re­pré­sentent bien la po­pu­la­tion de l’époque, constate An­nick Ra­pin. Une ma­jo­ri­té ap­par­tient au monde pay­san. » Beau­coup d’autres sont ar­ti­sans ou com­mer­çants.

Jeunes et cou­ra­geux

« Ces sol­dats sont tous jeunes. Les plus jeunes ont 19 ans et 4 mois, le plus âgé 46 ans. » Plu­sieurs fa­milles ont été plus « du­re­ment tou­chées » : trois frères Bour­goin ont été tués, deux frères La­pierre et deux frères Se­ga­la. Plu­sieurs ont été dé­co­rés, par­fois à titre post­hume, et ont fait preuve d’actes de bra­vou­ re. Tel Louis Pa­rat, tué en 1916 « en dé­fen­dant une tran­chée com­plè­te­ment bou­le­ver­sée par un très violent bom­bar­de­ment et at­ta­quée par des forces su­pé­rieures ». Ou en­core An­dré Mu­lot, « éclai­reur cou­ra­geux et dé­voué », qui, en 1918, a « fait ir­rup­tion dans une bat­te­rie en­ne­mie cap­tu­rant le ca­pi­taine et des ser­vants », avant d’être griè­ve­ment bles­sé.

PHOTO O. R.

Les Tou­cy­cois ins­crits sur le mo­nu­ment re­pré­sentent bien la po­pu­la­tion de l’époque, constate An­nick Ra­pin. Une ma­jo­ri­té ap­par­tient au monde pay­san. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.