Des bi­joux bro­dés et uniques

L'Yonne Républicaine (Sénonais) - - Haut Nivernais Vie Locale -

Une ac­ti­vi­té de plus dans la ci­té. Pas­cale Diaz est ar­ri­vée il y a quelques se­maines avec son sa­voir-faire de créa­trice de bi­joux bro­dés.

Il y a quelques se­maines, elle a po­sé ses va­lises en pro­ve­nance de l’Yonne, pour ou­vrir sa mi­cro­en­tre­prise, rue Jules­Re­nard. Une bou­tique ate­lier qui a suc­cè­dé à un ate­lier de can­nage. « C’était un dé­sir, une en­vie de pro­gres­ser. Je fai­sais dé­jà ça chez moi de­puis trois ans, à la cam­pagne », ex­plique Pas­cale Diaz. « Je vou­lais mon­ter ma propre af­faire dans une ville comme celle­là. CRÉA­TRICE. C’est donc très bien tom­bé. Il y a pas mal de pe­tits com­merces ou de com­merces de proxi­mi­té. C’est ap­pré­ciable. »

Quand on lui de­mande pour­quoi, jus­te­ment, ses bi­joux sont si au­then­tiques, la pa­tronne a la ré­ponse. « Dé­jà parce qu’ils sont faits à la main en di­rect et parce qu’ils sont conçus au fee­ling, au gré de ce que je peux res­sen­tir à l’ins­tant T », pour­suit­elle. « Je mise sur la qua­li­té. Je crée ces bi­joux, entre autres, avec des perles de ro­cailles ja­po­naises, des perles de bo­hème, des gemmes, des pierres fines et des ap­prêts en acier. »

Un tra­vail d’ar­tiste, d’or­fèvre. Mais aus­si de four­mi. « Pour réa­li­ser un bi­jou bro­dé d’ex­cel­lente fac­ture, c’est sept à huit heures de tra­vail », note Pas­cale Diaz. « Je mets un point d’hon­neur à rendre un tra­vail par­fait. »

Les bi­joux bro­dés sont les pro­duits phares de Bé­ryl et Jade, nom de la mi­cro­en­tre­prise. Mais Pas­cale Diaz a quelques cordes de plus à son arc. « Oui, c’est vrai. Dans l’ate­lier­bou­tique, on trouve aus­si du tis­su Li­ber­ty of Lon­don. Je le dé­cline en bou­tons que les cou­tu­rières et tri­co­teuses ap­pré­cient. Grâce à ce tis­su, je peux aus­si agré­men­ter des badges, des ma­gnets, des porte­clés, des mi­roirs de sac et des bou­tons de man­chettes. Ces der­niers sont as­sez ori­gi­naux. Ils mé­ritent le coup d’oeil. »

Main­te­nant, le plus dur com­mence, peut être, pour Pas­cale Diaz et sa mi­cro­en­tre­prise. « Se faire connaître, se faire re­mar­quer. Ici, c’est un vrai lieu de ren­contre », pré­cise­t­elle. « Et puis, un jo­li bi­jou bro­dé, que de­man­der de plus ? ». Ça tombe bien, c’est bien­tôt Noël.

PHO­TO PIERRE BRÉ­RARD

Diaz. Les bi­joux bro­dés n’ont plus de se­cret pour Pas­cale

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.