Gen­draud fait pu­bli­que­ment son exa­men de conscience

L'Yonne Républicaine (Sénonais) - - Yonne Actualités - Fr. M.

Le ma­ra­thon des voeux à la po­pu­la­tion est lan­cé. L’oc­ca­sion pour les élus d’évo­quer pu­bli­que­ment une crise so­ciale in­édite.

Celle pro­vo­quée par le mou­ve­ment des gi­lets jaunes qui plonge les res­pon­sables po­li­tiques lo­caux dans un abîme de per­plexi­té. Une forme d’im­puis­sance à apai­ser la co­lère d’une par­tie de leurs conci­toyens. Le su­jet s’est in­vi­té lun­di à la cé­ré­mo­nie des voeux de Mi­chèle Crou­zet, dé­pu­tée LREM de la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Yonne. Soi­rée mar­quée par la sin­gu­lière al­lo­cu­tion de Pa­trick Gen­draud, pré­sident LR du con­seil dé­par­te­men­tal.

Tout en se dé­fen­dant « de vou­loir dis­tri­buer des bons ou mau­vais points », l’élu s’est lâ­ché à la tri­bune, ap­pe­lant la classe po­li­tique à faire son exa­men de conscience. « Je ne se­rai pas l’un de ces élus qui ex­ploitent la si­tua­tion du mo­ment. Voir les images de po­li­ciers et de gen­darmes se faire ta­bas­ser est in­ad­mis­sible, cho­quant, in­to­lé­rable. » Se­lon lui, la res­pon­sa­bi­li­té de cette crise in­combe aux élus : « Si on en est là, c’est que nous avons un pré­sident de la Ré­pu­blique qui, pour une fois, res­pecte le pro­gramme sur le­quel il a été élu […] D’autres avant lui, des can­di­dats que j’ai sou­te­nus, qu’ont­ils fait réel­le­ment ? Qu’avons­nous fait sin­cè­re­ment ? » Pa­trick Gen­draud prend soin de pré­ci­ser qu’il n’a pas « vo­té Ma­cron mais blanc, pour la pre­mière fois ».

Et de pour­suivre en ré­cla­mant de tous « une prise de conscience dans un monde po­li­tique où l’hy­po­cri­sie fait lé­gion […] Il est im­por­tant qu’on se le dise, car ce­la peut se soi­gner ». ■

ÉLU. Pa­trick Gen­draud (LR).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.