LE DÉ­BAT EST OU­VERT

Pour­quoi les bonnes ré­so­lu­tions du Nou­vel An ne tiennent pas

Méthode 80 - 20 - - PARIS - NEW YORK -

Les gens font quan­ti­té de choses peu pru­dentes à la nou­velle an­née. Ils boivent trop, em­brassent des per­sonnes que leur rai­son leur re­com­man­de­rait d’évi­ter et sortent jus­qu’à une heure tar­dive de la nuit. Mais ils prennent aus­si de bonnes ré­so­lu­tions pour la nou­velle an­née.

En­vi­ron la moi­tié d’entre nous pre­nons de bonnes ré­so­lu­tions pour l’an­née à ve­nir tous les ans [1]. Ce­la concerne ha­bi­tuel­le­ment des choses comme mai­grir, faire du sport, ar­rê­ter de fu­mer, moins dé­pen­ser, tra­vailler à l’ob­ten­tion d’un di­plôme ou ré­soudre des pro­blèmes sources de troubles re­la­tion­nels. La pu­bli­ci­té mai­trise bien cette ten­dance, car au bon mo­ment, vers la fin et le dé­but de chaque an­née, nous sommes bom­bar­dés de pubs conçues pour at­ti­rer l’at­ten­tion de ceux qui veulent chan­ger quelque-chose d’im­por­tant dans leur vie.

Mal­heu­reu­se­ment, il est pra­ti­que­ment cer­tain que la plu­part d’entre nous n’ar­ri­ve­rons pas à nous en te­nir à ces bonnes ré­so­lu­tions de dé­but d’an­née, du moins si cet échec est éva­lué dans un sens ab­so­lu. D’après une étude, 78% des gens n’ont pas réussi à adhé­rer à leurs ré­so­lu­tions de la nou­velle an­née [2]. Alors pour­quoi est-ce si dif­fi­cile, et que pou­vons-nous faire pour y re­mé­dier ?

L’un des pro­blèmes avec les ré­so­lu­tions de la nou­velle an­née est qu’elles sont jus­te­ment prises au Nou­vel An. Les gens veulent avoir une rai­son ex­terne - peut-être même une ex­cuse - pour se ré­in­ven­ter eux-mêmes. Il est dif­fi­cile de chan­ger, ain­si est-il ten­tant d’avoir re­cours à un fac­teur ex­té­rieur - le dé­but d’une nou­velle an­née - pour se concen­trer sur notre dé­sir de chan­ger. Mais le fait est qu’uti­li­ser la nou­velle an­née pour nous pous­ser à nous bou­ger pour­rait in­di­quer que nous ne sommes pas réel­le­ment ca­pables de «tra­vailler» dur pour chan­ger. En ef­fet, tout le bat­tage au­tour de la nou­velle an­née pour­rait si­gni­fier que nous sommes trop am­bi­tieux et peu réa­listes.

Ain­si, peut-être que le pre­mier con­seil pour­rait être : si vous vou­lez faire quelque-chose, n’at­ten­dez pas la fin de l’an­née et le Nou­vel An, et ne soyez pas trop am­bi­tieux ni ir­réa­liste.

Ri­chard Wi­se­man [3] (pro­fes­seur de psy­cho­lo­gie qui a étu­dié les ré­so­lu­tions de la nou­velle an­née, et don­né des conseils sur la fa­çon de s’y te­nir), a dé­cou­vert que les gens qui n’ar­ri­vaient pas à res­pec­ter leurs ré­so­lu­tions ten­daient à vou­loir trop se re­po­ser sur leur vo­lon­té et à sup­pri­mer leurs en­vies, ils fan­tas­maient sur ce qui se pas­se­rait s’ils y ar­ri­vaient, et pen­saient au mau­vais cô­té d’un échec. Mal­heu­reu­se­ment, ce­la ne sem­blait pas mar­cher.

La vo­lon­té seule n’est pas très utile, et le fait de pen­ser au mau­vais cô­té d’un échec pour­rait seule­ment dé­cou­ra­ger les gens (sur­tout s’ils ne sont pas par­faits tout le temps). D’un autre cô­té, Wi­se­man a dé­cou­vert que les gens ten­daient à réus­sir un peu mieux s’ils se fixaient des ob­jec­tifs at­tei­gnables, en les dé­com­po­sant en étapes réa­li­sables, en di­sant à leurs amis ce qu’ils pla­ni­fiaient de faire, et s’ils se ré­com­pen­saient eux-mêmes pour leur réus­site. Il est aus­si très im­por­tant d’être bien conscient que nous fai­sons de temps à autre des er­reurs. Les in­di­vi­dus qui réus­sissent à réa­li­ser leurs bonnes ré­so­lu­tions tendent à ac­cep­ter ce fait.

Ce­ci est lo­gique. Ima­gi­nez la re­cette d’une ré­so­lu­tion dé­sas­treuse de la nou­velle an­née. Vous es­sayez de perdre du poids de­puis des an­nées. Vous avez tou­jours échoué. Mais cette an­née vous al­lez at­tendre jus­qu’au 31 dé­cembre en es­pé­rant que des con­no­ta­tions cultu­relles vous ai­de­ront à y ar­ri­ver cette fois-ci. wwVous êtes dé­ter­mi­né(e) à y tra­vailler très dur. Ima­gi­nez comme ce se­rait bien d’être plus mince et en bonne forme phy­sique, en vous pu­nis­sant vous-mêmes avec des images d’obé­si­té. Vous pour­riez même ache­ter un ré­gime ali­men­taire spé­cial, un abon­ne­ment dans un club de sport, un ta­pis de course ou une planche à ab­do­mi­naux, en vous fixant des ob­jec­tifs am­bi­tieux pour y ar­ri­ver. Et bien, en pra­ti­quant de la sorte, vous êtes pra­ti­que­ment voué(e) à l’échec !

Il vau­drait mieux com­men­cer par se sou­cier de son poids et de sa san­té dès que l’on a l’idée de prendre une bonne ré­so­lu­tion. Il n’y a au­cune rai­son par­ti­cu­lière pour at­tendre. Des ob­jec­tifs réa­li­sables - di­mi­nuer les gâ­teaux et ré­duire son poids d’une quan­ti­té réa­liste - se­ront plus utiles.

Nous fai­sons souvent des pro­messes en pu­blic, parce que nous ten­dons à être lé­gè­re­ment plus sus­cep­tibles de nous te­nir aux en­ga­ge­ments pu­blics. Ain­si, il faut dire à ses amis qu’on a dé­ci­dé de ré­duire ou d’ar­rê­ter les gâ­teaux et d’al­ler à la salle de sport. Après une se­maine de sport, il faut se ré­com­pen­ser soi-même, bien en­ten­du pas for­cé­ment avec une énorme crème gla­cée, mais en s’ache­tant une nou­velle paire de chaus­sures par exemple.

Peut-être le plus im­por­tant, il faut se rap­pe­ler que nous fai­sons par­fois une en­torse à nos ré­so­lu­tions. Si nous ré­agis­sons à ces écarts mi­neurs par un dé­cou­ra­ge­ment in­ap­pro­prié, alors nous se­rons pous­sés à aban­don­ner. Si nous nous re­po­sons seule­ment sur la vo­lon­té, nous al­lons au-de­vant de graves pro­blèmes. Mais si vous vous rap­pe­lez que vous pro­gres­sez par étapes, et qu’en moyenne cette pro­gres­sion est réelle, alors vous au­rez plus de chances de réus­sir.

Ce­ci montre que les ré­so­lu­tions de la Nou­velle An­née sont pro­ba­ble­ment exa­gé­rées. Des plans rai­son­nables pour ré­soudre des pro­blèmes im­por­tants peuvent être faits toute l’an­née, et peuvent être plus cou­ron­nés de suc­cès. Il y a des trucs qui per­mettent pro­ba­ble­ment de mieux y ar­ri­ver, mais le meilleur con­seil, pour évi­ter de ne pas te­nir ses ré­so­lu­tions du Nou­vel An, est jus­te­ment de ne pas en faire au Nou­vel An.

ZA­DIG & VOL­TAIRE

CLAU­DIE PIER­LOT

LOUIS VUIT­TON

TI­BI

FEN­DI

P.E NA­TION

BA­LEN­CIA­GA

PE­TER PILOTTO

KEN­ZO

VA­LEN­TI­NO

MO­SCHI­NO

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.