Trop cher et de mau­vaise qua­li­té ?

Méthode 80 - 20 - - AVIS TRANCHÉ -

Il y a en fait deux rai­sons ici, et cha­cune se fonde da­van­tage sur la spé­cu­la­tion que sur la science. Pour­quoi les pro­duits bio­lo­giques sont-ils plus chers ? Cer­tains font va­loir que les en­tre­prises comme Whole Foods ont re­pé­ré un mar­ché de niche ju­teux et fa­ci­le­ment abor­dable, com­po­sé de ba­by-boo­mers vieillis­sants, ayant peur de mou­rir et prêts à se dé­les­ter de leurs re­ve­nus au­près de pro­fi­teurs qui contri­buent au fi­nan­ce­ment de l’alar­misme. Les prix ont en fait ten­dance à être plus éle­vés du fait de la baisse des ren­de­ments moyens lors du pas­sage à l’agri­cul­ture bio­lo­gique et du risque plus éle­vé d’échec des cultures. D’autres disent que « bio » est de­ve­nu une marque de luxe verte, mais ce­la semble contra­dic­toire avec le deuxième élé­ment de ce point, qui est que le bio est d’une qua­li­té in­fé­rieure.

Bien des pes­ti­cides sont uti­li­sés pour que les pro­duits soient pré­sen­tables et co­mes­tibles, et pour les em­pê­cher de pour­rir sur les branches. Beau­coup de gens ont une ap­proche af­fec­tive de la nour­ri­ture, sa pré­sen­ta­tion est donc im­por­tante. Les ache­teurs de bio ont d’autres sti­mu­li af­fec­tifs qui leur per­mettent de re­gar­der au-delà de la qua­li­té in­fé­rieure. Moi­même, je n’uti­lise pas de pes­ti­cides sur les pommes que je cultive dans mon jar­din, et quand je les mange, je les coupe pour en­le­ver les par­ties vé­reuses. J’ac­cepte ce­la comme consé­quence de ma pro­duc­tion, mais je re­fu­se­rais de payer pour une telle piètre qua­li­té dans un ma­ga­sin.

Whole Foods Mar­ket est une en­tre­prise de dis­tri­bu­tion ali­men­taire de pro­duits bio, fon­dée en 1980. Elle est pré­sente aux États-Unis, au Ca­na­da et au Royaume-Uni. Il y a des en­tre­prises si­mi­laires en France. Aux États-Unis d’Amé­rique, les moeurs com­mer­ciales et mé­dia­tiques sont rudes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.