Pas en­core cé­lèbre ? », par Ra­chel Va­nier.

Madame Figaro - - Sommaire/Madame -

PP­ré­sident à 39 ans. Ça en jette peut-être à l’in­ter­na­tio­nal, mais quand on se re­trouve face au mi­roir, nous, simples ci­toyens, à contem­pler les stig­mates du temps qui passe, im­pos­sible de ne pas se de­man­der : et moi alors, j’en suis où de ma place lais­sée dans l’His­toire ? Cer­taines sont peut-être en bon che­min, mais d’autres ont sé­rieu­se­ment un train de retard lors­qu’il s’agit de co­cher les cases des avancées de la vie re­con­nues par la so­cié­té. Moi, par exemple, j’ai 30 ans et je ne sais pas conduire. Quand on doit ap­pe­ler sa mère pour al­ler chez Ikea, dif­fi­cile de se dire qu’on peut être pré­si­den­tiable dans moins d’une dé­cen­nie. Heu­reu­se­ment, la tech­no­lo­gie est là pour pal­lier nos pro­blèmes, et ce à tous les âges de la vie. 30 ans et pas le per­mis ? La voi­ture sans conduc­teur, c’est pour bien­tôt – à ce rythme-là, lais­sons tom­ber le code de la route et in­ves­tis­sons dans un per­mis de fu­sée Tes­la. 35 ans et tou­jours pas de CDI ? De toute fa­çon, avec la fin du sa­la­riat et le re­ve­nu uni­ver­sel, qui a besoin d’un contrat de tra­vail ? Ce qu’il faut, c’est mon­ter sa start-up, de­ve­nir mil­lion­naire et se re­con­ver­tir en yo­gi dans la Si­li­con Val­ley. 40 ans et pas d’en­fants ? À quoi bon, dans une poi­gnée d’an­nées on pour­ra les com­man­der sur ca­ta­logue, et choi­sir du même coup leurs bar­bo­teuses et la forme de leurs oreilles. Du coup, plus besoin de perdre du temps à se concen­trer sur les basses consi­dé­ra­tions ar­chaïques comme se dé­pla­cer, se re­pro­duire ou en­core tra­vailler. Avec tout ça, si à 50 ans vous n’avez pas conquis d’exo­pla­nètes, as­su­ré une des­cen­dance de No­bel, bâ­ti un em­pire fi­nan­cier et trou­vé la paix in­té­rieure, ou en­core, si vous n’êtes pas de­ve­nue présidente, on ne peut vrai­ment rien pour vous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.