LAU­RA KA­SI­SCHKE Un in­fer­nal Éden

Madame Figaro - - Culture - O.M.

UNE FOIS N’EST PAS COU­TUME. Avec son dixième ro­man, Lau­ra Ka­si­schke s’es­saie à un genre nou­veau, entre fic­tion et do­cu­men­taire, qu’elle dé­signe elle-même sous le terme de « re­créa­tion fic­tion­nelle ». Au prin­temps 1903 a éclos dans le Mi­chi­gan une mys­té­rieuse com­mu­nau­té re­li­gieuse. De prime abord, la mai­son de Da­vid res­semble au pa­ra­dis, avec ses ver­gers plan­tés de « ki­lo­mètres d’arbres roses et […] d’arbres blancs ». Ce jar­din d’Éden, source de re­ve­nus pour la co­lo­nie grâce à l’ex­por­ta­tion de ses fruits, de­vien­dra quelques an­nées plus tard un parc d’at­trac­tions… En 1908, à Eden Springs, dé­am­bule ain­si une lo­co­mo­tive à va­peur mi­nia­ture, plus tard ra­che­tée par Walt Dis­ney, qui conduit les vi­si­teurs jus­qu’au zoo, au ci­né­ma ou au ter­rain de ba­se­ball où joue l’une des meilleures équipes du pays… Père fon­da­teur des lieux, gou­rou cha­ris­ma­tique et gé­nie du mar­ke­ting sec­taire, Ben­ja­min Pur­nell pro­mène son al­lure chris­tique sur un che­val blanc, mais de la sain­te­té au dia­bo­lisme il n’y a qu’un pas… que ce der­nier fran­chit au ga­lop. Le roi Ben pro­met en ef­fet la vie éter­nelle à ses « mi­gnonnes mi­ri­fiques », à condi­tion qu’elles ne se coupent pas les che­veux, ne consomment pas de viande et n’aient pas de rap­ports sexuels… si­non avec lui. Et qu’est-il ar­ri­vé à cette ado­les­cente aux « che­veux blond vé­ni­tien » et « aux marques noires » au­tour du cou, en­ter­rée là ? Avec sa prose lim­pide et en­voû­tante, Lau­ra Ka­si­schke ex­hume corps mo­les­tés et fan­tômes du pas­sé pour rendre leur li­ber­té à ces femmes ou­bliées et at­teint, ce fai­sant, le fir­ma­ment de la lit­té­ra­ture.

✐ Eden Springs, de Lau­ra Ka­si­schke, Édi­tions Page à Page, 184 p., 18 €. Tra­duit par Cé­line Le­roy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.