Faustine Bol­laert,

Magicmaman - - L’édito -

Re­trou­vez tous les jours de la se­maine à 13h55, sur France 2 dans l’émis­sion, Ça

com­mence au­jourd’hui. Un talk-show émou­vant et riche en té­moi­gnages qu’elle anime avec brio. La ren­contre qui l’a mar­quée ce mois-ci:

Dès la ma­ter­ni­té, Agnès sen­tait bien que sa fille était dif­fé­rente… Mais per­sonne ne lui di­sait rien. Alors quand après des heures d’an­goisse, les mé­de­cins ont en­fin pro­non­cé les mots de «tri­so­mie 21», Agnès a été… «sou­la­gée», se­lon ses propres termes. Parce que sa fille al­lait vivre… Tout sim­ple­ment. Et que c’est tout ce qui comp­tait, que c’est tout ce qu’elle en­ten­dait.

Sur le pla­teau de l’émis­sion, la di­gni­té et la dé­ter­mi­na­tion de cette ma­man me bou­le­versent. Sa pa­role est ai­gui­sée et son mes­sage ferme. Elle me parle de sa Clé­mence, d’ave­nir, de son droit à être ai­mée avec son han­di­cap.

Me voi­là en­tou­rée d’en­fants por­teurs de ce chro­mo­some en plus et je réa­lise une nou­velle fois que de la dif­fé­rence naît la ri­chesse. Que tous ces pa­rents m’ex­pliquent ce que «le pas de cô­té» de leur pe­tit a ap­por­té en joie et en force à leur fa­mille. Que toute leur cul­ture de l’autre en a été mé­ta­mor­pho­sée. J’ob­serve ces en­fants plein de vie, de rires, de spon­ta­néi­té et d’op­ti­misme et je res­sens la fier­té de leurs pa­rents. Comme n’im­porte quel pa­rent.

Je ne por­te­rai plus le même re­gard sur la tri­so­mie 21. Vous aus­si, al­lez je­ter un oeil sur le blog de Marcel, lex­tra­or­di­nai­re­mar­cel.com, re­gar­dez les pho­tos sur Fa­ce­book de Di­mi­tri Pain­çon, un jeune man­ne­quin por­teur de la tri­so­mie 21, et lais­sez vous por­ter, comme moi, par ce nou­veau re­gard sur le monde.

Notre ani­ma­trice pré­fé­rée

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.