Forme

Sur-sol­li­ci­tés, pres­sés par les rythmes de la vie mo­derne, nos pe­tits sont sou­vent ner­veux et agi­tés. Sor­tez les ta­pis de sol ! Par des exer­cices simples, le yo­ga peut les ai­der à trou­ver leur équi­libre in­té­rieur.

Magicmaman - - Sommaire - Avec Lise Billien, pro­fes­seur de yo­ga, co­au­teure avec Elodie Ga­ra­mond de Zen, un jeu d’en­fant (Ma­ra­bout).

Le yo­ga pour les kids

As­sis sur leur ta­pis, les en­fants n’en perdent pas une miette. « Au­jourd’hui, je vais vous ra­con­ter l’his­toire d’un ani­mal qui fait peur mais qui peut aus­si par­fois être très gen­til… » Ate­lier de contes ? Le­çon d’ob­ser­va­tion de la na­ture? Pas du tout ! Nous sommes dans un cours de mi­ni-yo­ga qui ac­cueille une di­zaine de tout-pe­tits de 18 mois à 3 ans, le Tigre yo­ga club, à Pa­ris. Au­jourd’hui, Lise, pro­fes­seur de yo­ga et shiat­su­ki, a dé­ci­dé d’em­me­ner les en­fants à la dé­cou­verte du loup. Au fil de son ré­cit, ils vont prendre di­verses pos­tures ins­pi­rées des ani­maux ou de la na­ture. « Le loup dé­cide alors de se ca­cher der­rière un arbre… al­lez les en­fants, on fait l’arbre ! » Un voyage dans l’ima­gi­naire pour dé­cou­vrir les pos­si­bi­li­tés de leur corps et leur sou­plesse – sou­vent éton­nante. Mais aus­si qua­rante-cinq mi­nutes de dé­tente pour se li­bé­rer l’es­prit et re­lâ­cher les ten­sions. « Yo­ga, ça veut dire union du corps et de l’es­prit, ex­plique Lise. Si je fais une ac­ti­vi­té pour mon corps, ça me fait aus­si du bien à l’es­prit, et in­ver­se­ment. »

DES EN­FANTS QUI HABITENT MIEUX LEUR CORPS

On ne compte plus les ver­tus sur les en­fants de cette pra­tique an­ces­trale qu’est le yo­ga. Dé­tente du corps, li­bé­ra­tion de la pen­sée mais aus­si dé­ve­lop­pe­ment de la concen­tra­tion (ce qui per­met d’abor­der les ap­pren­tis­sages avec plus de fa­ci­li­tés et de sé­ré­ni­té) et meilleur équi­libre dans les re­la­tions avec les autres. Les pa­rents ont-ils tous ces ob­jec­tifs en tête lors­qu’ils ins­crivent leur en­fant en cours? «Ils me les amènent sur­tout en me di­sant : il est très agi­té, j’es­père que le yo­ga va le cal­mer, sou­rit Lise. Mais je ne leur fais pas ce genre de pro­messe. Je ne rends pas des en­fants plus calmes à la fin du cours, je rends des en­fants qui habitent mieux leur corps et qui sont ca­pables de ca­na­li­ser leur éner­gie, de la cal­mer comme de s’en li­bé­rer. » Pour ce­la, Lise al­terne les exer­cices d’équi­libre et les pos­tures dy­na­miques. Le plus dif­fi­cile pour les pe­tits ? Tout qui de­mande de res­ter im­mo­biles. Com­pli­qué pour eux qui ne tiennent pas en place ! Avec les plus grands (3-6 ans), Lise tra­vaille aus­si les émo­tions. « J’uti­lise no­tam­ment des images de pe­tits singes en proie à dif­fé­rentes émo­tions : peur, co­lère, sur­prise, im­pa­tience, etc. L’en­fant choi­sit un des­sin et je lui de­mande de me ra­con­ter la der­nière fois qu’il s’est sen­ti comme ça (im­pa­tient, sur­pris ou en co­lère). » Ça s’est pas­sé dans quelles cir­cons­tances ? Qu’est-ce qu’il a res­sen­ti, com­ment ça fai­sait dans son corps ? Toutes les séances de mi­ni-yo­ga se ter­minent par une re­laxa­tion. Al­lon­gés sur le ta­pis, les en­fants se­couent les bras, se re­lâchent, ap­prennent à dé­tendre leur corps. « Avec les pe­tits, je passe d’un en­fant à l’autre pour faire un mas­sage à cha­cun, ex­plique Lise. Les plus grands se font des pe­tits mas­sages entre eux. Je leur ap­prends à de­man­der l’au­to­ri­sa­tion avant de tou­cher l’autre. (Tu lui as po­sé la ques­tion? Il t’a dit oui?). A cet âge, les re­pères ne sont pas en- core tou­jours bien ins­tal­lés : le corps de l’autre, leur corps, c’est un peu la même chose. C’est l’oc­ca­sion pour moi de leur ap­prendre que leur corps leur ap­par­tient, ils doivent dire non à ce dont ils n’ont pas en­vie. »

ZEN À LA MAI­SON

En­vie de faire dé­cou­vrir le yo­ga à votre en­fant ? Si vous n’avez pas la pos­si­bi­li­té de l’ins­crire à un cours, sa­chez qu’il est très simple d’or­ga­ni­ser des séances à la mai­son. Dé­ter­mi­nez l’en­droit dé­dié : le sa­lon, la chambre… Eta­lez un ta­pis de gym ou une cou­ver­ture qui an­cre­ra l’idée d’un es­pace de calme. Si votre en­fant a du mal à se te­nir tran­quille lors­qu’il est al­lon­gé, n’hé­si­tez pas à le cou­vrir d’un plaid ou même à pla­cer un cous­sin sur son ventre: ils l’ai­de­ront à se sta­bi­li­ser. Avant de com­men­cer, ob­ser­vez un pe­tit ri­tuel : al­lu­mez une bou­gie, faites son­ner une cloche ou ré­pé­tez un man­tra simple (par exemple: je suis calme, je suis un arbre). Ce­la éta­blit un cadre ras­su­rant. La séance peut com­men­cer! Res­pec­tez le rythme et les li­mites de votre en­fant. Si dix mi­nutes lui suf­fisent, n’in­sis­tez pas. S’il a en­vie de re­faire une pos­ture plus qu’une autre, lais­sez-le faire. Lise Bi­lien a sé­lec­tion­né pour vous des pos­tures adap­tées à l’âge et aux be­soins de votre en­fant. A vous de jouer… et de pro­fi­ter vous aus­si de ce mo­ment. Même si vous n’êtes pas fran­che­ment dé­ci­dée à faire la tor­tue à l’en­vers ou le chien tête en bas avec lui, c’est un vrai temps de com­mu­ni­ca­tion et de com­pli­ci­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.