“J’ai fa­bri­qué une boîte de sou­ve­nirs pour lui ra­con­ter son his­toire”

Magicmaman - - On Ose En Parler -

Ce­la fai­sait un an qu’on se connais­sait. Nous ne vi­vions pas en­semble mais il m’avait fait des tas de pro­messes, et même pro­po­sé le mariage. Lorsque j’ai dé­cou­vert que j’étais en­ceinte, sa ré­ac­tion a été très vio­lente. Il a dit non et il est par­ti. Plus au­cune nouvelle de lui. J’ai ac­cou­ché seule. Il a su que j’avais eu un en­fant mais ne s’est pas ma­ni­fes­té. J’étais très fa­ti­guée et très vul­né­rable, j’ai fait ap­pel aux ser­vices so­ciaux pour être sou­te­nue. En rai­son de ma fra­gi­li­té et de dif­fi­cul­tés per­son­nelles, l’ASE m’a re­ti­ré ma pe­tite fille! De­puis six mois, elle est en pou­pon­nière. Je me bats pour ré­cu­pé­rer sa garde mais je sais que ça pren­dra du temps. Ac­tuel­le­ment, je la vois trois fois par se­maine. J’ai te­nu son père au cou­rant, il n’a rien fait. Au­cune ré­ac­tion, au­cun écho. Au dé­but, je lui en­voyais des pho­tos de notre fille mais comme il n’a pas don­né signe de vie, j’ai lâ­ché. Je me concentre sur ma pe­tite fille. Pen­dant ma gros­sesse, j’ai fa­bri­qué une boîte pour elle avec tous mes sou­ve­nirs et un poème que je lui ai écrit. Je lui ra­conte son his­toire, l’amour que j’ai éprou­vé pour son père. C’est en­core un peu dif­fi­cile de faire la paix dans mon coeur par rap­port à lui mais ça s’apaise dou­ce­ment. TATIANA, 32 ANS, MA­MAN DE LÉNA, 11 MOIS.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.