L’école ne pré­pare pas suf­fi­sam­ment les en­fants»

Magicmaman - - Société -

Trois ques­tions à Lau­rence Vaivre-Dou­ret, neu­ro­psy­cho­logue, res­pon­sable de l’équipe de re­cherche Neu­ro­dé­ve­lop­pe­ment et troubles des ap­pren­tis­sages à l’In­serm.

Un élève de grande sec­tion doit pou­voir écrire son pré­nom, voire quelques mots, pré­cise le pro­gramme de l’Edu­ca­tion na­tio­nale. Mais comment en­seigne-t-on l’écri­ture en ma­ter­nelle ?

Ecrire, c’est un geste dif­fi­cile pour un en­fant ?

C’est toute une coor­di­na­tion. Le mou­ve­ment part de l’épaule avant de se ré­duire et de de­ve­nir un fin mou­ve­ment des doigts. Ça de­mande une pré­pa­ra­tion. Il fau­drait faire exer­cer une sorte de gym à l’en­fant, avec de grands dé­liés, de grands tra­cés cir­cu­laires in­cluant pro­gres­si­ve­ment des boucles. Or l’école fait exac­te­ment l’in­verse. On de­mande à l’en­fant d’écrire entre les lignes, ce qui est dé­jà une ré­duc­tion vi­suelle et une maî­trise d’un geste de mo­tri­ci­té fine. En outre, on lui donne un mo­dèle très pré­cis à re­pro­duire sans que rien ne l’ait pré­pa­ré à cette or­ga­ni­sa­tion du mou­ve­ment et au plai­sir du geste.

D’où des dif­fi­cul­tés à bien tra­cer les lettres ?

Oui. Les en­fants se crispent, le geste est mal pré­pa­ré, mal co­or­don­né, raide. Ça freine, ça fa­tigue, ça donne des crampes. La consé­quence, c’est cette im­ma­tu­ri­té du geste qu’on re­marque au­jourd’hui chez nombre d’ados. On parle trop ra­pi­de­ment de dys­gra­phie mais il faut se mé­fier de ce diag­nos­tic. Ce sont des en­fants qui peuvent avoir ac­cès à l’écri­ture si on les aide à maî­tri­ser leur geste avec un tra­vail de psy­cho­mo­tri­ci­té.

Que peuvent faire les pa­rents ?

En­cou­ra­ger leur en­fant à des­si­ner sur un ta­bleau, lui don­ner de grandes feuilles de pa­pier de fa­çon à faire émer­ger le plai­sir du geste et de gros crayons pour fa­ci­li­ter la prise avec trois doigts. Et sur­tout pas lui faire ac­com­plir des pages et des pages de ligne ! On peut aus­si lui pro­po­ser de la pâte à mo­de­ler, des perles… Toutes ces ac­ti­vi­tés qui dé­ve­loppent la mo­tri­ci­té fine et qui sont dé­lais­sées au­jourd’hui au pro­fit des écrans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.