Il ne m’écoute pas !

Pa­rents dé­pas­sés, no stress : notre bri­tish nan­ny, Jill Bird, vous donne la so­lu­tion !

Magicmaman - - Sos Parents -

THE PROBLEM

Mon fils, 5 ans, ne m’écoute ja-mais ! Je peux par­ler jus­qu’à de­ve­nir bleue et j’ai l’im­pres­sion de par­ler au mur ! Donc après je crie et c’est en­core pire… Syl­vie, ma­man (aga­cée) de Paul, 5 ans.

POUR­QUOI C’EST BAD ?

Ma chère Syl­vie, vous sa­vez que la com­mu­ni­ca­tion ne se li­mite pas à la pa­role. Plus de 90 % de la com­mu­ni­ca­tion passe par les gestes et les at­ti­tudes (ça s’ap­pelle la com­mu­ni­ca­tion non ver­bale) et les en­fants captent très vite les mes­sages non ver­baux ve­nant des adultes. A évi­ter à tout prix: la com­mu­ni­ca­tion vio­lente, les pa­roles hu­mi­liantes sont dé­lé­tères et les ordres pa­ra­ly­sants pour les en­fants.

À ES­SAYER

Es­sayez de prendre une voix ex­pres­sive et po­si­tive pen­dant la com­mu­ni­ca­tion ver­bale, et ex­pli­quez clai­re­ment et sim­ple­ment ce que vous at­ten­dez de Paul. J’en­tends les pa­rents au square qui crient pour es­sayer de se faire obéir, qui uti­lisent des pa­roles hu­mi­liantes et donnent des ordres à tout va, et, comme vous avez sans doute pu le consta­ter, ça ne marche pas mieux pour au­tant… Pri­vi­lé­gier le «je», c’est très im­por­tant. Evi­tez les «tu» et aus­si les mots de cri­tique et de ju­ge­ment tels que « tou­jours », « en­core » et « comme d’ha­bi­tude ». Es­sayez, par exemple: «Quand je vois tes fi­gu­rines par terre, je me sens aga­cée parce que c’est im­por­tant pour nous de vivre dans un es­pace bien ran­gé. J’ai aus­si peur que l’as­pi­ra­teur avale les pe­tits ac­ces­soires. Es-tu d’ac­cord pour les ran­ger dans leur boîte?» Pour cap­ter l’at­ten­tion d’un en­fant, j’ai des pe­tites as­tuces que, per­son­nel­le­ment, je trouve très ef­fi­caces:

Je me mets à son ni­veau (eh oui, on l’en­tend sou­vent mais ça marche!);

Je re­garde l’en­fant dans les yeux;

J’éta­blis un contact «phy­sique» (je ne prends pas les mains, je trouve ça di­rec­tif, mais je frôle le bout des doigts);

Je parle sim­ple­ment et dou­ce­ment avec en­thou­siasme ;

J’ar­ti­cule bien et j’in­siste sur les mots clés (le tout avec un sou­rire, c’est mieux)!

Pre­nez conscience de son état d’es­prit: évi­dem­ment, s’il est en pleine crise il ne va pas écou­ter. Es­sayez de cap­ter le mo­ment où il se­ra sus­cep­tible de vous écou­ter cal­me­ment.

ET LA SUITE ?

Ob­ser­vez, ren­for­cez… Fo­ca­li­sez sur ce qui fonc­tionne bien. Fé­li­ci­tez votre en­fant quand il écoute bien et a en­vie de vous faire plai­sir. Créez des «sur­prises» quand vous par­lez avec Paul pour cap­ter son at­ten­tion, uti­li­sez des voix dif­fé­rentes, un vo­ca­bu­laire peu ha­bi­tuel, ra­con­tez une pe­tite his­toire, à vous de trou­ver des moyens de cap­ter son at­ten­tion. Don­nez-moi des nou­velles!

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.