L’ART PASSE À TABLE

PRE­NEZ L’EX­CEL­LENCE DES MANUFACTURES FRAN­ÇAISES DE POR­CE­LAINE ; AJOU­TEZ LA CRÉA­TI­VI­TÉ DE LA FRENCH TOUCH ET VOUS OB­TE­NEZ LE TOUR DE FORCE DE MAI­SON FRA­GILE. RE­VUES ET DÉ­CO­RÉES PAR DES CALLIGRAPHES, PHO­TO­GRAPHES OU ILLUS­TRA­TEURS, SES COL­LEC­TIONS ENCRENT DE

Maison Côté Ouest - - LE SOMMAIRE - PAR Anne- Laure Mu­rier

Ren­contres croisées entre la por­ce­laine de Li­moges et des créa­teurs.

On est ten­té de dire « qu’elle est tom­bée de­dans » quand elle était pe­tite, n’était-ce la dé­li­ca­tesse du kao­lin et de son sa­voir-faire d’in­di­ca­tion géo­gra­phique pro­té­gée. « Ar­rière-pe­tite-fille d’un di­rec­teur d’usine de por­ce­laine à Li­moges, j’ai sur­tout culti­vé la ma­gie des arts de la table dans le ma­ga­sin haut de gamme, à Pa­ris, de sa jeune veuve » , ex­plique Ma­ry Cas­tel. Et de ra­con­ter comment cette femme mo­dèle de par sa per­son­na­li­té et son par­cours a été fon­da­trice, au gré de vi­sites de manufactures jus­qu’à des ta­blées dignes d’une ex­po­si­tion. « Chez Hen­riette, il y avait le ‘pe­tit mu­sée’ où nous pou­vions aller quand nous étions sages » , ché­rit-elle au­jourd’hui à tra­vers un ser­vice de 80 pièces dont elle a hé­ri­té pour son tren­tième an­ni­ver­saire. Fille de son époque, c’est dans la pu­bli­ci­té qu’elle trouve d’abord sa voie. L’ata­visme res­sur­git lors­qu’elle ap­prend que le re­pas gas­tro­no­mique à la fran­çaise, avec ses ri­tuels et sa pré­sen­ta­tion, ac­cède au sta­tut de pa­tri­moine cultu­rel im­ma­té­riel de l’hu­ma­ni­té. « Cette re­con­nais­sance m’a don­né en­vie de dé­pous­sié­rer la por­ce­laine de Li­moges ! » À nou­velle gé­né­ra­tion d’as­siettes, tasses et cou­pelles, ins­pi­ra­tion dans le vent : de­puis Pa­ris, où elle a fon­dé en 2017 son en­tre­prise grâce au fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif, elle com­mence à sol­li­ci­ter de jeunes ar­tistes. Hom­mage au temple de son ar­rière-grand-mère, sa pre­mière col­lec­tion s’in­ti­tule « Rue de Pa­ra­dis », dont les as­siettes mar­brées du plas­ti­cien Étienne Bar­di res­tent ico­niques. So­nia Sieff, avec « Les Fran­çaises », dé­croche le pom­pon du cli­ché ; Amélie Bar­na­than, elle, concocte une ode à l’Ita­lie bap­ti­sée « Coeur de la Mam­ma »... Pour faire exé­cu­ter ces créa­tions dans la pure tra­di­tion, Ma­ry Cas­tel se rend à Li­moges chaque se­maine. « Ce made in France a même sé­duit l’Ely­sée » , s’en­or­gueillit-elle. Loin du Pré­sident, la der­nière col­lec­tion cé­lèbre quatre « Chers Pa­ri­siens » , sous le trait tout aus­si élé­gant de Jean-Mi­chel Tixier.

Fran­çoise Sa­gan, Yves Saint-Laurent, Ma­rie-An­toi­nette ou Serge Gains­bourg ?

D’un clin d’oeil à l’autre, peint à la main d’un fi­let d’or 24 ca­rats, cha­cun promet de faire un car­ton - em­bal­lé dans une boîte à cha­peau, s’il vous plaît !

1. 2. 3. 4. 1. His­toire fa­mi­liale, Mai­son Fra­gile a été fon­dée par Ma­ry Cas­tel, sui­vie par son père, son frère et son oncle, après une le­vée de fonds via Kiss­Kiss­Bank­Bank. 2. Yves Saint-Laurent, par Jean-Mi­chel Tixier : une sil­houette sous forme de pa­tron, cer­clée de ci­seaux de cou­ture ! 3. Les as­siettes né­ces­sitent au moins quinze étapes, cha­cune par des ar­ti­sans ex­perts. 4. Por­ce­laine tou­jours, ou cris­tal un jour, re­donnent le goût des belles choses aux nou­velles gé­né­ra­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.