JEU DE CUBES

Près du cap de Bonne Es­pé­rance, cet es­pace mo­du­laire pro­pose de larges ou­ver­tures sur un dé­cor entre mer et mon­tagnes.

Maison Côté Sud - - LE SOMMAIRE - PA R Lau­rence Dou­gier P H OT OS Ni­co­las Ma­théus

Àune tren­taine de ki­lo­mètres du Cap se pré­sente une des plages les plus spec­ta­cu­laires au monde, celle de Noord­hoek. L’ap­pa­ri­tion se fait au dé­tour de l’in­croyable route de Chap­man’s Peak : plu­sieurs ki­lo­mètres de sable blanc comme l’ivoire se déployant à l’orée d’une eau tur­quoise. Il y a deux dé­cen­nies, on dé­bar­quait ici pour un bar de lé­gende, le Red He­ring, et puis de jeunes sur­feurs se sont mis en tête de s’y ins­tal­ler, re­joints par d’autres amou­reux des grands es­paces. Les ar­chi­tectes Mat­thew Beat­ty et Sas­kia Ver­mei­ren de l’agence Beat­ty­ver­mei­ren, tous deux Ca­pé­to­niens de nais­sance, y livrent une des plus belles cons­truc­tions de la baie. Une oeuvre simple et ta­len­tueuse qui se dé­couvre, for­mée de murs en briques comme par­tout en Afrique. « Pour nous, tout a com­men­cé à la Bien­nale de Ve­nise en 2006 où nous étions in­vi­tés comme jeunes ar­chi­tectes, se sou

vient Mat­thew. Il a fal­lu al­ler là-bas pour com­prendre que nous n’al­lions pas des­si­ner et in­ven­ter des mai­sons sous in­fluence eu­ro­péenne, à la pé­ri­phé­rie de l’oc­ci­dent, mais que nous pou­vions in­ven­ter une ar­chi­tec­ture spé­ci­fique à notre conti­nent car nous sommes

des ar­chi­tectes afri­cains. » Des réa­li­sa­tions pres­ti­gieuses, à Clif­ton no­tam­ment (la Côte d’azur du Cap), ont émaillé ce sa­voir-faire, mais ici, à Noord­hoek, c’est une mai­son fa­mi­liale qu’il a fal­lu in­ven­ter, un vo­lume à vivre pour abri­ter un couple et deux jeunes en­fants,

Ra­phaël, 6 ans, et Freya, 2 ans. « Pat­tern House (mai­son mo­dèle, ndlr), est un ha­bi­tat mo­du­laire, avec une pos­si­bi­li­té in­fi­nie d’amé­na­ge­ment spa­tial, re­prend Mat­thew, des es­paces ou­verts et fer­més jouent avec l’ombre et la lu­mière. Nous sommes dans une ver­sion mo­der­niste du vil­lage tra­di­tion­nel, bien qu’ins­tal­lés près du point le plus au sud du conti­nent, la “base” de l’afrique. Nous avons res­pec­té cette géo­gra­phie sau­vage. La construc­tion s’est faite sans ma­chines, avec des ma­té­riaux na­tu­rels qui offrent aux lieux une âme res­pec­tueuse. » Pan­neaux so­laires et eau re­cy­clée com­plètent bien sûr un dis­po­si­tif 100 % du­rable. Le mo­bi­lier est à l’image du de­si­gn, épu­ré, et po­sé sur des sols en bé­ton, des murs blancs ou ha­billés de pan­neaux de bois la­qué d’un gris lé­ger… La sim­pli­ci­té est de mise : dor­mir, man­ger, se ré­chauf­fer avec le poêle, se re­laxer face au pay­sage. Sans ef­fets por­tés ni place per­due, la vie fait place à l’es­sen­tielle na­ture.

OU­VER­TURES ET SO­BRIÉ­TÉ dé­ni­ché chez Afri­ca No­va et un ta­pis en chanvre de Gon­sen­hau­sers Fine Rugs. Sur la table basse créée par Mat­thew dans un tronc d’arbre, vase chi­né à Kalk Bay. PAGE DE GAUCHE Dans leur sa­lon, Mat­thew et Sas­kia ont op­té pour une belle hau­teur sous pla­fond per­met­tant d’im­menses ou­ver­tures qui plongent sur une na­ture luxu­riante et vierge. Ama­teurs du lessis more, le couple d’ar­chi­tectes a meu­blé la pièce avec so­brié­té. Un ca­na­pé chi­né dans une bro­cante, re­haus­sé par des cous­sins de Skin­ny la­minx, deux fau­teuils en cuir « Was­si­ly » de Mar­cel Breuer. À droite, un fau­teuil du Ma­la­wiCI-CONTRE1. Jeu de dés blancs et d’ou­ver­tures maxi­males pour cette mai­son si­tuée en pleine na­ture.2. Mat­thew, Sas­kia et leurs en­fants, Ra­phaël, 6 ans, et Freya, 2 ans.3. Freya s’amuse sur le ta­pis gra­phique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.