COUPE OU FLÛTE ?

Maison Côté Sud - - EFFERVESCENCES -

Sans hé­si­ta­tion, on choi­sit la se­conde pour se ré­ga­ler d’un cham­pagne car elle ac­com­pagne par­fai­te­ment bien la for­ma­tion des bulles. La flûte réa­lise un bon com­pro­mis entre la conser­va­tion du gaz car­bo­nique dis­sous en son sein (ce qui pro­longe l’ef­fer­ves­cence), et l’ex­ha­la­tion des arômes à un rythme suf­fi­sant pour qu’ils ar­rivent au nez. Dé­fi­ni­ti­ve­ment à pros­crire, la coupe, elle ne per­met pas au vin de re­te­nir cor­rec­te­ment son CO2 et di­lue son bou­quet sur une sur­face trop im­por­tante. Reste qu’une flûte trop étroite peut contra­rier la dé­gus­ta­tion. C’est pour­quoi, au fi­nal, on n’ap­pré­cie­ra ja­mais au­tant un cham­pagne que dans un verre à vin tran­quille. À moins d’op­ter pour le très per­for­mant Grand Cham­pagne, mis au point par le ver­rier Leh­mann Glass avec Phi­lippe Ja­messe, chef som­me­lier du Do­maine Les Crayères (2 étoiles Mi­che­lin) à Reims, dont les courbes, la fi­nesse et la lé­gè­re­té rendent sin­gu­lière chaque gor­gée du vin des sacres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.