LE CHA­LET DES FA­MILLES

Maison et Jardin Magazine - - La Une -

car­re­four des plus grandes sta­tions de sports d’hi­ver de Haute-ta­ren­taise et à proxi­mi­té du Parc Na­tio­nal de la Va­noise, la Ferme d’an­gèle est l’adresse in­con­tour­nable pour les va­cances à la neige. Cette mai­son d’hôtes construite en 1830 a tra­ver­sé les époques tout en gar­dant son charme d’an­tan avec ses pierres ap­pa­rentes et son toit en lauzes. Le cha­let a re­trou­vé une se­conde jeu­nesse grâce à Va­lé­rie. An­cienne gym­naste de haut-ni­veau, cette pa­ri­sienne a quit­té la ville pour la Sa­voie. « J’ai eu un coup de coeur pour cette an­cienne ferme. L’an­cien pro­prié­taire avait ré­no­vé la bâ­tisse et moi je l’ai amé­na­gée et dé­co­rée. » La dé­co­ra­tion al­lie l’au­then­ti­ci­té à la mo­der­ni­té avec l’om­ni­pré­sence du bois qui ré­chauffe l’at­mo­sphère. La Ferme d’an­gèle se veut très co­coo­ning et peut ac­cueillir jus­qu’à quinze per­sonnes. On s’y ré­fu­gie après une bonne jour­née de ski et on sa­voure les bons pe­tits plats de Va­lé­rie… Loin de la tra­di­tion­nelle fon­due et ra­clette, l’hôte pro­pose un voyage gus­ta­tif grâce à sa cui­sine du monde. Après le re­pas, les convives sont in­vi­tés à prendre une ti­sane ou un di­ges­tif à cô­té du feu de bois. « Les clients se ren­contrent, échangent… On passe tou­jours de très bons mo­ments » glisse Va­lé­rie.

La Ferme d’an­gèle a ou­vert ses portes en 2004, à Seez. Va­lé­rie ac­cueille les tou­ristes été comme hi­ver dans cette mai­son co­coo­ning.

Il est pos­sible de louer en in­té­gra­li­té ce cha­let ty­pi­que­ment sa­voyard de 600 m2.

En ges­tion libre

Cette an­née, la mai­tresse d’hôtes pro­pose aux tou­ristes de louer en in­té­gra­li­té son cha­let ; un peu comme à Cour­che­vel ou à Me­gève mais à prix abor­dable. « De la ferme, les vi­si­teurs peuvent skier en étoile. Nous sommes à cinq mi­nutes de la pre­mière re­mon­tée mé­ca­nique et à quelques ki­lo­mètres des grandes sta­tions comme Tignes, Val d’isère ou en­core Les Arcs. » L’adresse cu­mule les atouts. Mais une in­trigue reste à ré­soudre. Pour­quoi An­gèle ? « An­gèle était ma grand-mère. Mon père m’a don­né son trous­seau juste avant que j’ouvre l’éta­blis­se­ment. J’ai vu ce­la comme un signe. Puis c’est aus­si le pré­nom de la fer­mière qui ha­bi­tait ici. Elle a vé­cu une his­toire d’amour in­croyable. » Si vous pas­sez par Seez, ar­rê­tez-vous chez Va­lé­rie. Elle vous ra­con­te­ra la suite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.