UNE IN­CROYABLE MÉ­TA­MOR­PHOSE

Si­tuée à deux pas de l’océan, mais ca­chée dans la fo­rêt de pins, la mai­son d’ori­gine est construite en bé­ton sur un ter­rain en pente, dont l’ac­cès s’ef­fec­tue par le haut. Com­plè­te­ment trans­fi­gu­rée sans vrai­ment mo­di­fier les struc­tures , cette pe­tite ré­sid

Maison et Travaux - - Sommaire - Texte : Éli­sa­beth De­laigue. Photos : An­to­nio Duarte.

C’est sur­tout la lo­ca­li­sa­tion qui a sé­duit les nou­veaux pro­prié­taires, un couple vi­vant à l’étran­ger. At­ta­chés à la ré­gion bor­de­laise par des liens fa­mi­liaux, ils cher­chaient un piedà-terre entre la ville et la mer. Mais les offres sont rares et après deux oc­ca­sions man­quées, ils vi­sitent cette mai­son qui n’a rien pour sé­duire. Néan­moins, ils ont un coup de coeur pour l’em­pla­ce­ment et se disent qu’il est pos­sible de la trans­for­mer. Sur les conseils d’une amie gi­ron­dine, ils font alors appel à Diane Chol­ley pour sa­voir com­ment mo­di­fier et em­bel­lir cette mai­son qui doit cor­res­pondre à leur mode de vie. Ce n’est qu’après avoir es­quis­sé le pro­jet de trans­for­ma­tion qu’ils font une offre d’achat.

Un pro­jet mu­re­ment ré­flé­chi

Les neuf mois qui ont été né­ces­saires avant de si­gner l’acte de vente ont été mis à pro­fit pour tra­vailler sur le pro­jet. Comme ce­la se fai­sait sou­vent dans les an­nées 1970, la par­tie ha­bi­table se si­tuait au ni­veau de la rue, au-des­sus d’un sous-sol se­mi-en­ter­ré. Pour ac­cé­der au ga­rage, la voi­ture em­prun­tait une pente amé­na­gée le long du pi­gnon. L’ha­bi­ta­tion était ain­si plus ou moins

cou­pée du jar­din. Autre époque, autre mode de vie... Le pro­jet de ré­amé­na­ge­ment avait pour ob­jec­tif d’ou­vrir la mai­son sur l’ex­té­rieur, de créer plus d’ac­cès vers le jar­din et d’éta­blir plu­sieurs axes de cir­cu­la­tion pour dis­po­ser d’un es­pace ou­vert où il fait bon vivre en­semble. Pour agran­dir l’es­pace ha­bi­table et mettre la mai­son en re­la­tion avec son jar­din, le ga­rage est de­ve­nu sé­jour avec pe­tit sa­lon, cui­sine et coin re­pas. Le bal­con en bé­ton a été rem­pla­cé par une per­go­la mé­tal­lique à deux ni­veaux avec un es­ca­lier in­té­gré pour créer une re­la­tion ex­té­rieure entre le rez-de-rue et la ter­rasse en rez-de-jar­din. La rampe de ga­rage a dis­pa­ru au pro­fit

Le pro­jet consiste à ou­vrir la mai­son sur l’ex­té­rieur, à créer plus d’ac­cès vers le jar­din, à agran­dir l’es­pace...

d’un es­pace vé­gé­ta­li­sé éta­gé avec des ga­bions rem­plis de ga­lets. Seul un pas­sage en es­ca­lier longe le pi­gnon pour of­frir un ac­cès di­rect de la rue au jar­din.

Une re­dis­tri­bu­tion très aé­rée

Dé­bar­ras­sée de sa che­mi­née centrale et per­cée d’un vide sur l’étage in­fé­rieur, la grande pièce en rez-de-rue est de­ve­nue un spa­cieux sa­lon de mu­sique bai­gné d’une lu­mière tra­ver­sante. Re­cou­vrant par­tiel­le­ment le sé­jour, il est re­lié au reste de la mai­son par une se­conde struc­ture mé­tal­lique qui rassemble l’es­ca­lier prin­ci­pal pour des­cendre au rez-de-jar­din, une pas­se­relle pour at­teindre les chambres

du ni­veau su­pé­rieur et un pe­tit coin bu­reau en mez­za­nine au-des­sus du vide. Cette struc­ture marque la sé­pa­ra­tion entre le cô­té jour et les chambres. Com­po­sée de deux chambres par ni­veau, la dis­tri­bu­tion du cô­té nuit a été peu mo­di­fiée. Chaque chambre dis­pose d’une salle d’eau et, dans la me­sure du pos­sible, d’un ac­cès ex­té­rieur di­rect, parce que vivre en­semble n’ex­clut pas une cer­taine li­ber­té de mou­ve­ment.

Des travaux ra­pi­de­ment me­nés

Le pro­jet a été si bien pré­pa­ré que les travaux n’ont du­ré que six mois, de jan­vier à juillet. En ex­té­rieur, une fois le bal­con et les dé­bords de toit en pi­gnon sup­pri­més, la mai­son a re­çu de nou­velles me­nui­se­ries (fe­nêtres et portes Schü­co), puis elle a été iso­lée par l’ex­té­rieur avec de la laine de verre. En re­vê­te­ment, le bar­dage ven­ti­lé est fait de lames de Red Ce­dar de lar­geurs dif­fé­rentes ( 70, 140 et 210 mm) po­sées à joints creux se­lon un ca­le­pi­nage aléa­toire. Pré­pa­rées en ate­lier, les struc­tures en acier gal­va­ni­sé ont été ra­pi­de­ment mon­tées. Elles sont ac­com­pa­gnées de garde-corps en inox faits de cor­nières et de grillages ten­dus sur fi­lins. Celle de l’ex­té­rieur est re­cou­verte de lames de bois for­mant un brise-so­leil. Son plan­cher en caille­bo­tis om­brage le coin re­pas de la ter­rasse et pro­tège la grande baie vi­trée du sé­jour. À l’in­té­rieur, l’es­ca­lier et le plan­cher de la pas­se­relle et du bu­reau en mez­za­nine sont en chêne mas­sif, alors que les an­ciens car­re­lages de sol ont tous été re­cou­verts d’un par­quet en chêne contre­col­lé po­sé en flot­tant sur iso­lant en laine de bois (Pa­va­tex) pour le confort de marche. Un dou­blage in­té­rieur iso­lant a ser­vi de gaine tech­nique pour re­faire la dis­tri­bu­tion élec­trique, les salles d’eau ont été ré­amé­na­gées, la cui­sine équi­pée et tous les murs peints en blanc, si bien que le 29 juillet, les pro­prié­taires ont pu in­ves­tir les lieux

Un in­té­rieur à la fois mo­derne et cha­leu­reux, co­sy et de­si­gn

pour pas­ser leurs pre­mières va­cances. Ils ont alors ap­pré­cié le ré­sul­tat des longs mois de ré­flexion sur le pro­jet. La mai­son offre un cadre de vie très flexible. Havre de paix en toute sai­son pour le couple de pro­prié­taires, elle ac­cueille sans pro­blème cou­sins et amis ve­nus par­ta­ger quelques jours de va­cances et de­vient une vé­ri­table mai­son de fa­mille où tous se re­trouvent pour les grandes réunions. Plei­ne­ment sa­tis­fait de cette ré­no­va­tion, le couple re­con­naît que, de la né­go­cia­tion d’achat à la re­mise des clés après travaux, la réus­site du pro­jet est le fruit d’une étroite col­la­bo­ra­tion. « L’agence im­mo­bi­lière, le ca­bi­net d’ar­chi­tec­ture et les en­tre­prises, tous ont eu à coeur de nous ai­der et nous ont don­né des conseils utiles. Même notre cou­sin spé­cia­li­sé dans l’amé­na­ge­ment de jar­din est ve­nu nous prê­ter main-forte ! » ●

La mai­son aux vo­lumes gé­né­reux ac­cueille vo­lon­tiers fa­mille et amis

2.L’auvent d’ori­gine a per­mis d’agran­dir le sa­lon et de créer des struc­tures ajou­rées qui ren­forcent l’in­ti­mi­té de la mai­son et per­mettent de sto­cker le bois de chauf­fage. 2

En ve­nant de la rue, l’ac­cès à la mai­son s’ef­fec­tue par un es­ca­lier mixant mé­tal et bois qui amène di­rec­te­ment à la ter­rasse.

1. Cô­té rue, la mai­son a gar­dé ses pro­por­tions mo­destes, et la dis­pa­ri­tion des dé­bords de toit en pi­gnon sim­pli­fie en­core ses lignes ar­chi­tec­tu­rales. 1

2

1

2. Si­tué dans la par­tie en­ter­rée de la mai­son, le pe­tit sa­lon bé­né­fi­cie de lu­mière na­tu­relle à tra­vers le coin cui­sine et le vide sur sé­jour. 2

1.Sous le sa­lon mu­sique, la pièce en rez-de-jar­din rassemble la cui­sine, le coin re­pas et un pe­tit sa­lon amé­na­gé en face de l’es­ca­lier. 1

2.Si­tuée au ni­veau bas, du cô­té en­ter­ré de la mai­son, cette salle d’eau ré­amé­na­gée s’offre un puis­sant éclai­rage à led pour pal­lier l’ab­sence de lu­mière na­tu­relle. 2

3. Les chambres ont été peu mo­di­fiées, mais cha­cune dis­pose au­jourd’hui d’un ac­cès di­rect vers l’ex­té­rieur. 3

1. La ter­rasse qui pro­longe le grand sa­lon est om­bra­gée par des bri­se­so­leil. Elle abrite le coin re­pas ex­té­rieur et dis­pose d’un es­ca­lier qui per­met d’ac­cé­der di­rec­te­ment au jar­din. 1

Les deux ban­deaux alu­mi­nium qui rythment la fa­çade pro­tègent les rails des vo­lets rou­lants réa­li­sés en lames de Red Ce­dar de lar­geurs va­riables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.