Plan de tra­vail bois Une au­then­ti­ci­té à pré­ser­ver

Ma­té­riau na­tu­rel, le bois ap­porte son in­com­pa­rable pa­tine aux plans de tra­vail. Mais, il doit être pro­té­gé pour ré­sis­ter aux agres­sions d’une cui­sine.

Maison et Travaux - - Dossier Spécial -

Na­tu­rel, cha­leu­reux, éco­lo­gique s’il est cer­ti­fié FSC, le bois vieillit et se pa­tine avec le temps. Cette ma­tière vi­vante sé­duit une clien­tèle qui ac­cepte ses contraintes. Car le bois doit faire l’ob­jet d’at­ten­tions par­ti­cu­lières. Même s’il a re­çu un pré­trai­te­ment ver­ni et huile, il ne fait pas bon mé­nage ni avec l’eau ni avec les va­ria­tions cli­ma­tiques. Consé­quence : au mo­ment de la pose, il faut prendre en compte que, se­lon le bois choi­si, le ma­té­riau doit pou­voir se di­la­ter plus ou moins li­bre­ment, donc pré­voir des joints adap­tés. En outre, sa teinte évo­lue dans le temps, quand les taches peuvent être dif­fi­ciles à re­ti­rer. Il faut donc en­tre­te­nir et hui­ler le bois ré­gu­liè­re­ment, et ne sur­tout pas lais­ser de l’eau stag­nante. De même, dé­cou­per ses ali­ments di­rec­te­ment sur son plan de tra­vail en bois rime avec rayures. Sans par­ler des plats brû­lants qui risquent de l’en­dom­ma­ger. La beau­té du na­tu­rel à un prix qu’il faut ac­cep­ter de payer 

LAPEYRE.

1. En bam­bou la­mel­lé, ce plan de tra­vail est re­vê­tu d’une couche de fi­ni­tion d’huile de lin. Pro­po­sé en trois di­men­sions, il s’ac­com­pagne en op­tion d’une plinthe à col­ler pour crédence (L 300 cm) et d’un plan pour élé­ment de coin (92,3 cm x 92,3 cm). L 144 x P 65 cm. Ép. :4 cm. À par­tir de 179 €. Bam­bou.

IXINA.

2. Am­biance cha­leu­reuse ga­ran­tie pour ce plan de tra­vail en bois mas­sif. Brut et na­tu­rel, il se dé­coupe à l’en­vi. À dé­cou­vrir et choi­sir dans 16 fi­ni­tions pos­sibles. Entre 400 € et 600 €/ml. 502 Bam­bus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.