Mai­son transfigurée

Maison et Travaux - - Sommaire - Texte : Pau­line Mal­ras. Pho­tos : An­to­nio Duarte et Ar­ti­fix

Mé­ta­mor­phose réus­sie pour cette cons­truc­tion des an­nées 1980 ! La mai­son se dis­tingue de ses voi­sines grâce à deux pro­jets, in­té­rieur et ex­té­rieur, réa­li­sés si­mul­ta­né­ment. Sa­vam­ment or­ches­trés, ils com­posent une am­biance mi­ni­male, cha­hu­tée par les oeuvres co­lo­rées qu’ont ras­sem­blées Ca­ro­line et Gus­tave, tous deux ama­teurs d’art contem­po­rain.

Une al­lée dis­crète, bor­dée de mai­sons de brique par­fai­te­ment si­mi­laires, et, tout au fond, celle d’Anne-Ca­ro­line et Gus­tave semble se confor­mer aux autres. Pla­cée en bout de ligne, elle re­ferme, avec son ga­rage, le pas­sage d’un lo­tis­se­ment sin­gu­lier, qui re­cèle des qua­li­tés spa­tiales et construc­tives in­at­ten­dues. Re­tour au dé­but des an­nées 1960, dans le Nord–Pas-de-Ca­lais, lorsque de jeunes pa­trons de l’in­dus­trie se ras­semblent pour fon­der la Se­daf. Cette so­cié­té de pro­mo­tion im­mo­bi­lière, in­fluen­cée par les ar­chi­tec­tures amé­ri­caine et scan­di­nave, conçoit des lo­ge­ments mo­dernes éloi­gnés des stan­dards de l’époque. Ceux-ci pro­fitent du vent d’ex­pé­ri­men­ta­tion ar­chi­tec­tu­rale qui souffle sur l’ag­glo­mé­ra­tion lil­loise et ses nou­veaux quar­tiers. Les en­sembles sont prin­ci­pa­le­ment construits à Rou­baix et à Ville­neuve-d’Ascq, et cin­quante ans

plus tard, la re­nom­mée de Se­daf est res­tée in­tacte. La de­meure de nos deux pro­prié­taires est un peu plus ré­cente. Elle ap­par­tient à la sé­rie des « mai­sons hol­lan­daises », un mo­dèle ré­pan­du qui com­pose des clos ou des ha­meaux, ré­par­tis sur toute la ré­gion.

Une ex­ten­sion au rez-de-chaus­sée

Main­te­nant que les en­fants sont par­tis, Anne-Ca­ro­line et Gus­tave cherchent une ha­bi­ta­tion contem­po­raine à la me­sure de leurs be­soins : un vaste sé­jour pour re­ce­voir, de la lu­mière na­tu­relle dans chaque pièce, une cui­sine très pra­tique, et peu de ter­rain pour peu d’en­tre­tien. Avec sa pis­cine, ses nom­breux pal­miers et son jar­din, la mai­son de ran­gée pré­sente un beau po­ten­tiel. Après vé­ri­fi­ca­tion, la mai­rie au­to­rise une ex­ten­sion du rez-de­jar­din jus­qu’en li­mite de ter­rain, à condi­tion qu’au­cune fe­nêtre ne s’ouvre sur la pro­prié­té voi­sine. La seule vé­ri­table contrainte est fi­na­le­ment tech­nique, car si­tuée au bout du che­min, et der­rière la cons­truc­tion d’ori­gine, la par­celle n’est pas ac­ces­sible aux en­gins de chan­tier. Un ca­mion-tou­pie équi­pé d’un tuyau ri­gide pour cou­ler la dalle, une grue pour le­ver les élé­ments pré­fa­bri­qués de l’os­sa­ture bois, tout se­ra fait pour ne pas avoir à pas­ser par l’in­té­rieur de la mai­son exis­tante.

In­té­rieur et ex­té­rieur sont étroi­te­ment liés

Or­ga­ni­ser les pièces au­tour d’un pa­tio

De­dans, l’ar­chi­tecte An­toine De­les­pierre pro­pose d’or­ga­ni­ser les pièces au­tour d’un pa­tio. La cui­sine s’ouvre sur le cou­loir qui longe cette pe­tite cour plan­tée d’oyats. Il mène à une chambre d’amis amé­na­gée en re­trait, éloi­gnée du sé­jour. L’ex­ten­sion est noyée dans l’exis­tant pour don­ner une im­pres­sion d’en­semble, si bien qu’on ne dis­tingue plus les li­mites de la cons­truc­tion d’ori­gine. Dans le sa­lon, qui bé­né­fi­cie dé­sor­mais d’une double orien­ta­tion, les faux pla­fonds in­tègrent l’éclai­rage et dis­si­mulent les tringles des ri­deaux et des stores. Des bon­bonnes de gaz ca­chées sous les claires-voies de bois du pa­tio ali­mentent la che­mi­née au gaz (Me­tal­fire) du sa­lon. Quelques élé­ments de do­mo­tique ap­portent un confort sup­plé­men­taire : le chauf­fage peut être mis en route à dis­tance, et les vi­déos des ca­mé­ras de sur­veillance sont ac­ces­sibles en ligne quand les pro­prié­taires s’ab­sentent.

Une grande chambre sy­no­nyme de confort

À l’étage, les sur­faces sont re­dis­tri­buées. La chambre du couple est dou­blée cô­té jar­din, et deux pe­tites fe­nêtres sont rem­pla­cées par une grande baie cou­lis­sante pour y faire en­trer le ciel. La salle de bains est dé­sor­mais mu­nie d’un dres­sing. De­hors, le pay­sa­giste Tho­mas Le­plat re­des­sine la pis­cine et la place au centre d’un large deck de bois. Seuls quelques pal­miers sont conser­vés et la vé­gé­ta­tion est conte­nue dans des bacs de bé­ton. Si la nou­velle cons­truc­tion se pare de briques, l’en­semble est peint en blanc, afin d’uni­fier les fa­çades ●

Sur­face mu­tua­li­sée pour salle de bains et dres­sing

1

2

2. Un meuble sur me­sure s’étend sur toute la lon­gueur de la pièce. 2

3. Les courbes du pla­fond, comme une coque de ba­teau in­ver­sée, sont les ves­tiges de la concep­tion de la mai­son, da­tée des an­nées 1980. 3

1. La salle de bains est agran­die à l’em­pla­ce­ment d’une an­cienne chambre. 1

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.