En­duire un mur à pierres vues

Avec une re­cette de mor­tier à la chaux connue de­puis l’An­ti­qui­té, voi­là les étapes pour re­don­ner vie à un mur de pierre.

Maison et Travaux - - Sommaire - Par Éli­sa­beth De­laigue.

Les vieux murs de pierres ont un charme in­dé­niable ! Mais lors­qu’ils sont re­join­toyés à joints creux, une tech­nique très en vogue dans les an­nées 1980, ils offrent des sur­faces très ru­gueuses, vi­suel­le­ment par­fois trop pré­sentes pour s’ac­cor­der aux styles de dé­co ac­tuels, et leur re­lief pro­non­cé a l’in­con­vé­nient d’ac­cro­cher la pous­sière. De plus, cer­tains vieux murs ne sont pas faits de pierres très ré­gu­lières ou de na­ture ho­mo­gène. Aus­si, les lais­ser ap­pa­rentes n’est pas tou­jours du meilleur ef­fet ! La tech­nique que nous pré­sen­tons ici consiste à re­cou­vrir le mur d’un en­duit qui rat­trape les ir­ré­gu­la­ri­tés de la sur­face sans cher­cher à re­dres­ser la ma­çon­ne­rie. Le mur garde son mou­ve­ment, éven­tuel­le­ment le faux aplomb qu’il a pris avec le temps, mais sa sur­face est lis­sée. Seules quelques têtes de pierres ap­pa­raissent, comme si le mur avait été en­tiè­re­ment re­cou­vert, mais qu’au fil du temps, les pierres les plus af­fleu­rantes avaient per­du leur fine couche d’en­duit. Cette fi­ni­tion élé­gante, lu­mi­neuse et douce au re­gard, laisse néan­moins ap­pa­raître quelques grains de sable qui animent la sur­face.

Un mor­tier à la chaux pouz­zo­la­nique

L’uti­li­sa­tion de la chaux à bâ­tir est at­tes­tée de­puis la plus haute An­ti­qui­té, mais la tech­nique de fa­bri­ca­tion des mor­tiers ro­mains avait été quelque peu ou­bliée. On sait au­jourd’hui que la ré­sis­tance du mor­tier ro­main pro­vient d’une ré­ac­tion chi­mique entre la chaux et une charge « pouz­zo­la­nique », un ma­té­riau ré­col­té à Pouz­zoles, non loin du Vé­suve. C’est de ce lieu que vient le nom de pouz­zo­lane qui, par ex­ten­sion, a été don­né aux autres ma­té­riaux de ce type. L’ad­di­tion de pouz­zo­lane et de chaux a pour ef­fet de pro­vo­quer la prise hy­drau­lique du mor­tier, d’ac­croître son ho­mo­gé­néi­té, de ré­duire sa po­ro­si­té et d’amé­lio­rer sa ré­sis­tance mé­ca­nique et sa ré­sis­tance dans le temps. C’est à par­tir de cette as­so­cia­tion de chaux cal­cique (CL 90) et de pouz­zo­lane ré­sul­tant de la cuis­son d’une ar­gile qu’est fa­bri­quée la chaux Ti­lia. Les mor­tiers réa­li­sés avec la chaux Ti­lia laissent res­pi­rer le sup­port (ils ont une per­méance équi­va­lente à celle d’un mor­tier à la chaux), mais ils ne laissent pas pas­ser l’eau (faible po­ro­si­té). Ils peuvent être ap­pli­qués sur des ma­çon­ne­ries mon­tées à la terre ou au plâtre ou sur des murs en­duits au plâtre/chaux ou au plâtre. Nous avons ici mis en oeuvre un mor­tier prêt à l’em­ploi ( Ti­lia Mix P), des­ti­né à l’en­duit ou au re­join­toie­ment des murs en pierres. Pro­po­sé en plus de 50 teintes, ce mor­tier ap­pli­cable à la main ou en ma­chine à pro­je­ter offre l’avan­tage de conser­ver une teinte cons­tante, d’une grande plas­ti­ci­té et d’une ex­cel­lente adhé­rence. Il a été ma­laxé en bé­ton­nière, puis nous l’avons ad­di­tion­né de sable la­vé (3/5) pour voir ap­pa­raître des grains de cou­leur nuan­cée à la fi­ni­tion 

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.