La Mai­son d’Am­bro­nay

Un cas d’école !

Maison et Travaux - - Sommaire -

Si­tuée dans l ’Ain, à en­vi­ron 40 mi­nutes de Lyon, cette an­cienne école pri­maire fut construite en 1870 et uti­li­sée comme telle jus­qu’en 2014. Sise entre rue et cour de ré­créa­tion, dé­ployée sur trois ni­veaux, elle couvre quelque 1 000 m2 scin­dés en cinq classes de 50 m2 en­vi­ron, aux­quelles s’ajoutent la non moins grande salle des maîtres, celle consa­crée aux arts plas­tiques, l’ap par te­ment du di­rec­teur, un pa­tio cou­vert et une mo­nu­men­tale cage d’es­ca­lier qui dis­tri­bue l’en­semble. Sous les toits : l’an­cienne école de mu­sique qui dis­pose d’une en­trée in­dé­pen­dante. Quand elle vi­site les lieux, en

2015, Nathalie Schlien­ger n’a au­cune hé­si­ta­tion. L’école cor­res­pond exac­te­ment à ce qu’elle re­cherche de­puis plus d’un an pour réa­li­ser son nouveau pro­jet de vie : ou­vrir une chambre d’hôte do­tée d’un sup­plé­ment d’âme, un lieu unique et ins­pi­rant.

L’es­prit des lieux

Il s’agis­sait ain­si de pré­ser­ver pré­cieu­se­ment l’es­prit des lieux, d’aménager sans trans­for­mer. Le plan de l’école a été conser­vé et chaque classe a re­çu de nou­velles fonc­tions : celle de CP est de­ve­nue la cui­sine, la salle des maîtres, le salon, et la salle d’arts plas­tiques laisse place à un espace sé­mi­naire

pour les en­tre­prises, les classes dans les étages se sont mé­ta­mor­pho­sées en chambres, tan­dis que Nathalie s’est ins­tal­lée dans l’ap­par­te­ment du di­rec­teur. Les seuls cloi­son­ne­ments créés concernent les sa­ni­taires dans les chambres. Pas de re­dis­tri­bu­tion, mais un chan­tier néan­moins im­por­tant pour le­quel Nathalie s’est fait ac­com­pa­gner par un maître d’oeuvre, et qui a du­ré près d’un an. Le temps né­ces­saire à la créa­tion des ré­seaux de plom­be­rie et d’élec­tri­ci­té qui étaient to­ta­le­ment à re­faire, voire à créer et con­ce­voir à l’étage, dans les chambres, où l’eau n’ar­ri­vait pas. Ce sont des di­zaines de ki­lo­mètres de câbles élec­triques et de tuyaux de plom­be­rie qui ont été ti­rés à tra­vers l’an­cienne école. Pour ali­men­ter l’étage, tous les pas­sages ont été concen­trés dans une co­lonne mon­tante. Le dou­blage des murs par l’in­té­rieur et la créa­tion de faux pla­fonds a per­mis de dis­si­mu­ler le reste et d’in­tro­duire par ailleurs une iso­la­tion sous la forme de 10 cm de laine de verre, et une VMC simple flux.

Confort ther­mique

Jus­qu’alors, l’école avait été chauf­fée au fioul. La ré­no­va­tion a of­fert l’oc­ca­sion de pas­ser au gaz de ville. Deux chau­dières à conden­sa­tion, fonc­tion­nant en cas­cade,

Le mauve de la tête de est ce­lui qui cou­vrait les murs de cette classe de CM2.

ont été ins­tal­lées, re­liées aux an­ciens ra­dia­teurs en fonte conser­vés pour leur look et leur pou­voir d’iner­tie. Ces deux chau­dières per­mettent de mo­du­ler le chauf­fage dans la mai­son en fonc­tion de son taux d’oc­cu­pa­tion. Les 1 000 m2 de l’ha­bi­ta­tion ont ain­si été di­vi­sés en six zones dis­tinctes, par­fai­te­ment au­to­nomes du point de vue éner­gé­tique. Et le fonc­tion­ne­ment de l’en­semble se ré­vèle très simple, ma­nuel, com­man­dé de­puis un ta­bleau de com­mande unique et pré­cis.

Une déco ins­pi­rée et ins­pi­rante

L’école af­fi­chait des cou­leurs très vives. Nathalie a conser­vé celles qui étaient en­core ac­tuelles, mo­di­fié les autres en conser­vant tou­jours cet état d’es­prit très gai. Un maxi­mum de mo­bi­liers et d’ac­ces­soires d’école ont été conser­vés : por­te­man­teaux d’éco­liers, portes des classes avec la men­tion de leur ni­veau, ta­bleaux noirs et pe­tits bu­reaux… À ces élé­ments, Nathalie a ajou­té les souvenirs de l’im­pri­me­rie fa­mi­liale qu’elle gé­rait au­tre­fois à Lyon : des af­fiches, des meubles de ty­po­graphe, des équerres… Dans les chambres d’hôte, les am­biances sont toutes dif­fé­rentes. L’une s’est ins­pi­rée des es­trades qui por­taient au­tre­fois le bu­reau des maîtres ; une autre s’est em­pa­rée de sa cheminée en marbre pour dé­cli­ner ce ma­té­riau dans la salle d’eau… Tou­jours avec une pointe d’hu­mour, et beau­coup d’élé­gance. De quoi se voir dé­cer­ner le prix « Coup de coeur 2017 des chambres d’hôte » par les Gîtes de France

Les ma­té­riaux sou­lignent l’authentici­té et la cha­leur des lieux

Un dé­cro­che­ment dans le faux pla­fond per­met de dé­li­mi­ter vi­suel­le­ment l’espace cui­sine de l’espace salle à man­ger. Il a en outre per­mis d’in­té­grer des spots, mais éga­le­ment une iso­la­tion du plan­cher à base de laine de verre.

2. La salle d’arts plas­tiques, la classe des maîtres et les plus pe­tites classes se par­ta­geaient le rez-de-chaus­sée. 2

3. Les cou­leurs d’ori­gine ont été rem­pla­cées par des teintes plus ac­tuelles, mais tout aus­si gaies. 3 La fe­nêtre in­té­rieure a été créée pour cas­ser la très grande hau­teur du mur, su­pé­rieure à 9 m.

Une opé­ra­tion de sa­blage a per­mis de ré­vé­ler les briques des arches. 1. La cage d’es­ca­lier af­fiche de gé­né­reuses pro­por­tions. Ses de­grés sont consti­tués de belles pierres pa­ti­nées. On re­trouve là plus qu’ailleurs l’at­mo­sphère de l’an­cienne école. 1

5. Der­rière les 29 fe­nêtres que la com­mune avait heu­reu­se­ment dé­jà chan­gées pour des mo­dèles à double vi­trage, ce sont 1 000 m2 qui étaient à ré­no­ver et aménager. Tout était à ima­gi­ner : l’or­ga­ni­sa­tion des ré­seaux, la dis­tri­bu­tion des pièces, la dé­co­ra­tion in­té­rieure… Un pa­ri au­da­cieux, mais réus­si. 5

4. La dé­pose d’un vieux plan­cher dans cette an­cienne classe de CP a ré­vé­lé un vieux car­re­lage en béton qui a été gar­dé ap­pa­rent. Les ra­dia­teurs en fonte, dont la cou­leur rose cou­vrait au­tre­fois tous les murs de la pièce., ont été conser­vés. 4

Cette sus­pen­sion ori­gi­nale as­so­cie des bo­caux et des am­poules à fi­la­ment.

2. La créa­tion des es­trades et l’abais­se­ment des pla­fonds ali­gnés au ni­veau des fe­nêtres ont per­mis d’amé­lio­rer l’acous­tique de la pièce, d’en faire dis­pa­raître la ré­son­nance. 2

1. Les es­trades ont été pon­cées et ver­nies. Côté salle de bains, la bai­gnoire est en­cas­trée dans l’es­trade. Au mur, le car­re­lage est en grès cé­rame. 1

Des mains ar­ti­cu­lées en bois « Hay » en guise de sup­ports d’ap­plique mu­rale.

Dans l’an­cienne salle des maîtres, la cheminée d’époque a été tu­bée. Le sol en béton est d’ori­gine. Dans un angle, deux lés de pa­pier peint Cole & Son ré­chauffent l’am­biance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.