Marianne Magazine

UNE SPÉ­CIA­LI­TÉ ITA­LIENNE

-

Be­noît Ha­mon, can­di­dat du Par­ti so­cia­liste à la der­nière pré­si­den­tielle, en pro­po­sant un re­ve­nu uni­ver­sel pour tous les Fran­çais, n’avait rien in­ven­té. Dé­jà, les Ro­mains, comme on le voit, dis­tri­buaient du blé gra­tui­te­ment. L’idée est ré­ap­pa­rue dans la pé­nin­sule à l’oc­ca­sion des der­nières lé­gis­la­tives, dé­but avril. Le Mou­ve­ment cinq étoiles de Lui­gi Di Maio, qua­li­fié d’an­ti­sys­tème, en tout cas an­ti-élite, au fond as­sez in­clas­sable, a pro­po­sé un pro­gramme do­té d’une me­sure phare : un re­ve­nu de ci­toyen­ne­té de 780 € par mois. Le ré­sul­tat des élec­tions (32,2 % des voix) le conduit à s’al­lier avec la Ligue de Mat­teo Sa­vi­ni. A peine le ré­sul­tat connu, dans les Pouilles et en Si­cile, des cen­taines de ci­toyens se sont pré­ci­pi­tés aux gui­chets des centres des im­pôts pour sa­voir com­ment tou­cher la fa­meuse al­lo­ca­tion. Ce ne se­ra pas de si­tôt. En tout état de cause, le pré­sident de la Ré­pu­blique, Ser­gio Mat­ta­rel­la, a an­non­cé qu’il op­po­se­rait son ve­to à toute me­sure non fi­nan­cée. Or le coût des prog­rammes des deux par­tis frôle les 100 mil­liards d’eu­ros, avec des ré­duc­tions mas­sives d’im­pôts. En outre, ce re­ve­nu de ci­toyen­ne­té risque fort de comp­ter plus de bé­né­fi­ciaires dans les pro­vinces du Sud, et l’on voit mal la Ligue ac­cep­ter que l’on ré­colte l’im­pôt en Pié­mont et en Lom­bar­die pour le re­dis­tri­buer en Ca­labre et dans les Pouilles.

Newspapers in French

Newspapers from France