Marianne Magazine

“‘TPMP’ PER­MET DE NE PAS SE PRENDRE LA TÊTE”

CHEZ JU­LIE ET MARC À BOUC-BEL-AIR (13)

-

Ju­lie, 32 ans, est mé­de­cin. Chaque soir ou presque, elle re­gagne sa mai­son en pé­ri­phé­rie d’Aix-enP­ro­vence à 19 h 30. De­puis quatre ans, le ri­tuel ne va­rie pas. A peine ren­trée, elle s’af­fale dans le ca­na­pé de son sa­lon co­sy pour re­gar­der « Touche pas à mon poste ». Ce lun­di 14 mai ne fait pas ex­cep­tion. Seule nou­veau­té : Ma­rianne est là.

« Je rate le dé­but de l’émis­sion à cause de mes ho­raires, pré­cise-telle. Quant à Marc, mon ma­ri qui est phar­ma­cien, il ar­rive pour voir la fin. » Sans se dé­fi­nir comme

une « fan­zouze » (fan d’Hanouna), Ju­lie confie­ra, sous le re­gard ap­pro­ba­teur de Marc : « “TPMP” per­met de ne pas se prendre la tête, c’est vraiment un mo­ment de dé­tente. Et, avec notre bou­lot, c’est in­dis­pen­sable. On se marre, ça nous va bien à tous les deux. » Pour au­tant, lors­qu’un in­vi­té lui dé­plaît ou quand le pré­sen­ta­teur de son émis­sion pré­fé­rée se lance dans un « jeu dé­bile », Ju­lie zappe sur « Quo­ti­dien ». Pas long­temps. « Ça me gonfle vite. C’est mo­ra­li­sa­teur et leurs trucs po­li­tiques me fa­tiguent. » Se di­sant de sen­si­bi­li­té cen­triste, Ju­lie a vo­té Ma­cron à la der­nière pré­si­den­tielle, après avoir don­né sa voix à Fran­çois Bay­rou au pre­mier tour des pré­cé­dents scru­tins. Comme Marc, qui se dit « plu­tôt exas­pé­ré par Barthès » : « Se mo­quer des hommes po­li­tiques, ça ne m’in­té­resse pas. » Ce soir-là, chez Cy­ril Hanouna, il est ques­tion de « L’Eu­ro­vi­sion » au fil d’une sé­quence qui fait beau­coup rire Ju­lie. En fin d’émis­sion, l’an­nu­la­tion de la pro­chaine sai­son de « KohLan­ta » à la suite d’une pré­su­mée agres­sion sexuelle re­tient l’at­ten­tion de cette pas­sion­née d’« actu mé­dias » : « C’est quand même la grosse in­fo du mo­ment ! » Et Ju­lie de no­ter que « TPMP » et « Koh-Lan­ta » ayant la même boîte de pro­duc­tion,

Cy­ril Hanouna a pu li­vrer quelques in­for­ma­tions de pre­mière main à ses té­lé­spec­ta­teurs. Un su­jet aux an­ti­podes de la po­li­tique qui,

in­siste-t-elle, ne « fait pas par­tie

de [ses] pré­oc­cu­pa­tions » :

« Je ne re­garde ja­mais les émis­sions qui parlent de po­li­tique. A la li­mite, “C à vous” pen­dant les pubs. Je pré­fère les su­jets lé­gers, people… » Diverses po­lé­miques ont pour­tant alour­di l’at­mo­sphère de « TPMP », comme les hu­mi­lia­tions su­bies par le chro­ni­queur

Mat­thieu De­lor­meau. « Ça m’est com­plè­te­ment passé au-des­sus de la tête », souffle-t-elle, guère gê­née par le vo­ca­bu­laire ty­pé « ado­les­cent » d’Hanouna, qui lan­çait ce soir-là à la chan­teuse

Je­ni­fer : « T’es belle, et tu te trouves cheum ! » « Je ne parle pas comme ça, convient Ju­lie, mais ça fait par­tie du per­son­nage. En fait, j’ap­pré­cie beau­coup son équipe. J’aime bien Va­lé­rie Be­naïm et Ber­nard Mon­tiel, j’adore Jean-Luc Le­moine, que j’ai vu plu­sieurs fois en spec­tacle. Et sur­tout Ca­mille Com­bal. Je l’écoute tous les ma­tins à la ra­dio en al­lant bos­ser. D’ailleurs, son dé­part de l’émis­sion l’an­née pro­chaine se­ra une grande perte. » Marc ac­quiesce :

« Je rentre pile à l’heure de sa chro­nique ! » Pas sûr, néan­moins, que ce chan­ge­ment de cas­ting in­cite le jeune couple à dé­lais­ser l’émis­sion.

 ??  ?? DÉCONNADE ET “ACTU MÉ­DIAS” Entre une sé­quence sur l’“Eu­ro­vi­sion” et des in­fos sur l’af­faire “Koh-Lan­ta”, Ju­lie et Marc s’offrent chaque soir “un mo­ment de dé­tente. […] On se marre, ça nous va bien à tous les deux”.
DÉCONNADE ET “ACTU MÉ­DIAS” Entre une sé­quence sur l’“Eu­ro­vi­sion” et des in­fos sur l’af­faire “Koh-Lan­ta”, Ju­lie et Marc s’offrent chaque soir “un mo­ment de dé­tente. […] On se marre, ça nous va bien à tous les deux”.

Newspapers in French

Newspapers from France