ÉLOGE DE L’ÉTAT SOCIAL DE DROIT

Marianne Magazine - - Quatrième pouvoir -

An­non­çant sa po­li­tique so­ciale, M. Ma­cron parle d’Etat-pro­vi­dence. Un vo­ca­bu­laire inepte.

Les droits so­ciaux n’ont rien à voir avec une manne pro­vi­den­tielle, of­ferte par bien­veillance pa­ter­na­liste, plus ou moins condes­cen­dante. La no­tion de Wel­fare State (« Etat en vue du bie­nêtre ») est d’ailleurs très dif­fé­rente. Elle dé­fi­nit une fi­na­li­té, le sou­ci d’une exis­tence ma­té­rielle digne, ac­ces­sible à tous. La pro­vi­dence dé­fi­nit plu­tôt une mo­da­li­té, par trans­po­si­tion re­li­gieuse de la pré­voyance hu­maine (saint Au­gus­tin). La pre­mière oc­cur­rence de la no­tion d’Etat­pro­vi­dence ap­pa­raît en France pour dis­qua­li­fier la po­li­tique so­ciale de l’em­pe­reur Na­po­léon III.

Emile Ol­li­vier, op­po­sant li­bé­ral à l’em­pire, l’em­ploie en un sens pé­jo­ra­tif dans son dis­cours à l’As­sem­blée na­tio­nale du 26 avril 1864. Il y vise « l’ex­ten­sion dé­me­su­rée des droits so­ciaux, les exa­gé­ra­tions des ré­for­ma­teurs so­cia­listes […], la concep­tion de l’Etat-pro­vi­dence, le des­po­tisme ré­vo­lu­tion­naire sous toutes ses formes ». Dans une telle dia­tribe, hos­tile à la ré­gu­la­tion so­ciale de l’éco­no­mie, Emile Ol­li­vier ou­blie la nou­velle donne is­sue de la Ré­vo­lu­tion fran­çaise, la sou­ve­rai­ne­té du peuple. Celle-ci im­plique que, dé­sor­mais, il s’au­to­ré­gule par des lois qu’il se donne à lui-même. Ce n’est pas l’Etat qui « donne ». Ce sont les tra­vailleurs qui s’or­ga­nisent, comme ils le fe­ront avec la Sé­cu­ri­té so­ciale grâce à Am­broise Croi­zat, mi­nistre com­mu­niste à la Li­bé­ra­tion.

Les droits so­ciaux sup­posent des de­voirs, sous forme de co­ti­sa­tions. Ils n’ont donc rien d’une as­sis­tance cha­ri­table. En s’en­ra­ci­nant dans une ci­toyen­ne­té so­ciale, la ci­toyen­ne­té po­li­tique se dote des condi­tions qui la rendent cré­dible. Ad­ver­saire ob­ses­sion­nel de l’éga­li­té, Alexis de Toc­que­ville iro­nise : « Cet Etat se veut si bien­veillant en­vers ses ci­toyens qu’il en­tend se sub­sti­tuer à eux dans l’or­ga­ni­sa­tion de leur propre vie. Ira-t-il jus­qu’à les em­pê­cher de vivre pour mieux les pro­té­ger d’eux-mêmes ? » Une ca­ri­ca­ture que ne re­nie­rait pas le Me­def. Con­cluons. La no­tion d’Etat social de droit est per­ti­nente. Celle d’Etat-pro­vi­dence ne l’est pas. Evi­tons le piège idéo­lo­gique d’une no­tion in­ven­tée par la pre­mière droite et consa­crée par la deuxième gauche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.