L’ART DE RÉ­CU­PÉ­RER LE GÉ­NÉ­RAL DE GAULLE

Marianne Magazine - - Courrier - VINCENT DECAZE

Le 4 oc­tobre, Em­ma­nuel Ma­cron s’est ren­du à Co­lom­bey-les-Deux-Eglises pour rendre hom­mage à l’homme qui a dit non en juin 1940 et au pro­mo­teur de la Cons­ti­tu­tion du 4 oc­tobre 1958 dont on fête les 60 ans d’exis­tence. Le dis­cours pro­non­cé à Bayeux par De Gaulle a ser­vi de fil rouge aux dis­tin­gués ju­ristes et cons­ti­tu­tion­na­listes qui se sont pen­chés sur le texte fon­da­teur de la Ve Ré­pu­blique. Il s’agis­sait d’ins­tau­rer un pou­voir exé­cu­tif fort en ré­ponse à l’in­sta­bi­li­té par­le­men­taire des deux Ré­pu­bliques pré­cé­dentes. En do­tant le pré­sident de pou­voirs propres éten­dus – en par­ti­cu­lier l’ar­ticle 16 –, la nou­velle Cons­ti­tu­tion fai­sait de lui « une étoile de pre­mière gran­deur » au­tour de la­quelle tour­naient les autres pou­voirs et ins­ti­tu­tions dont le Par­le­ment. Ce qui est amu­sant, c’est que, soixante ans plus tard, Em­ma­nuel

Ma­cron pro­pose une ré­vi­sion consti­tu­tion­nelle qui va amoin­drir le pou­voir lé­gis­la­tif, avec le ren­fort né­ces­saire d’une par­tie des sé­na­teurs qu’il fau­dra convaincre de se faire ha­ra-ki­ri au nom de la « trans­for­ma­tion » du pays. Sa vi­site au fon­da­teur de l’ac­tuelle Ré­pu­blique n’est pas dé­nuée d’ar­riè­re­pen­sées. Notre bien-ai­mé sou­ve­rain veut ha­biller le ren­for­ce­ment de son pou­voir d’une onc­tion « gaul­liste », met­tant ses pas dans ceux de l’homme du 18 Juin pour faire croire aux naïfs que Ju­pi­ter est l’égal de l’homme de la France libre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.