FLEUR DE L’ÂGE

Marianne Magazine - - Culture - PAR CLA­RA DU­PONT-MO­NOD

En ce mo­ment, la lit­té­ra­ture aime bien trai­ter des amours entre un jou­ven­ceau et une dame. L’au­teur de bande des­si­née Bas­tien Vi­vès pro­voque le scan­dale avec Pe­tit Paul (Glé­nat), l’his­toire d’un ga­min qui doit as­sou­vir les be­soins sexuels de son énorme pé­nis, et qui, pour ce­la, se fait ai­der par des femmes plus âgées (son ins­ti­tu­trice, sa prof de judo, sa soeur…). Dans un re­gistre moins sca­breux, Ju­lian Barnes (1) dé­peint l’amour fou et mal­heu­reux de Paul, un fre­lu­quet de la ban­lieue lon­do­nienne, dans les an­nées 60, et de Su­san, une femme ma­riée. Il a 19 ans, elle en a 48. Qua­si­ment trente an­nées d’écart, donc, même si ce­la reste une ba­biole en re­gard des 43 ans de dif­fé­rence entre Mick Jag­ger et la bal­le­rine Me­la­nie Ham­rick – un couple qui fut as­sez peu mé­dia­ti­sé, et qui mé­ri­te­rait un ro­man, mais on s’égare. Là où Ju­lian Barnes in­nove, avec cette dé­li­ca­tesse in­fi­nie, si par­ti­cu­lière, c’est qu’il ne pose pas la femme mûre en ex­perte, fa­çon prof de la vie. Il ra­conte même l’in­verse : Su­san est fra­gile, Paul es­saie de la sauver. Su­san est à des an­nées-lu­mière de l’ar­ché­type « jeune quin­qua dy­na­mique » : elle rentre avec la mâ­choire fra­cas­sée par son ma­ri, n’en­tre­tient au­cun lien par­ti­cu­lier avec ses en­fants, et cache des bou­teilles d’al­cool qu’elle vide en douce. Su­san est une pe­tite fille, ce qui fait de Paul un vieux mon­sieur. C’est lui qui l’ex­tirpe de l’en­fer conju­gal, la ré­im­plante dans une autre ville, comme on le fe­rait d’une fleur fra­gile. Ren­ver­se­ment des rôles, bascule des gé­né­ra­tions : l’amour fait des en­torses au temps qui passe. Reste une his­toire d’amour douce et triste, qui n’a pas be­soin de cru­di­té pour dire son inconfort.

La Seule His­toire, de Ju­lian Barnes, Mer­cure de France, 272 p., 22,80 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.