GAFAM : 1 - EU­ROPE : 0

Marianne Magazine - - Ce Que Marianne En Pense - J.D.

Bru­no Le Maire, mi­nistre de l’Eco­no­mie, l’avait pro­mis et ju­ré : les Gafam (Google, Ama­zon, Fa­ce­book, Apple, Mi­cro­soft) al­laient pas­ser à la cas­se­role fis­cale et ne plus se jouer de l’Eu­rope en lo­ca­li­sant leurs bé­né­fices là où bon leur semble afin de ne pas payer d’im­pôts. Le fa­meux couple fran­co-al­le­mand se fai­sait fort d’en­traî­ner les autres membres de l’UE. Manque de chance, l’Al­le­magne a dit nein. Et comme l’Al­le­magne mène le « couple » à la ba­guette, la France a sui­vi, telle l’épouse sou­mise d’une union ban­cale qui se contente de sau­ver les ap­pa­rences. Bru­no Le Maire a donc dé­cla­ré qu’il était « ou­vert à un re­port de l’en­trée en vi­gueur » d’une éven­tuelle taxa­tion des géants du nu­mé­rique. On en re­par­le­ra à Pâques ou à la Tri­ni­té, comme pour la taxa­tion des tran­sac­tions fi­nan­cières. Pen­dant ce temps, le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique a an­non­cé que, dès la sor­tie de l’Union eu­ro­péenne, il al­lait taxer les Gafam à hau­teur de 2 % des re­ve­nus réa­li­sés outre-Manche, ce qui de­vrait rap­por­ter en­vi­ron 450 mil­lions d’eu­ros dès 2019. Le chan­ce­lier de l’Echi­quier a même pré­ci­sé que les Etats n’avaient pas vo­ca­tion à s’apla­tir de­vant des mul­ti­na­tio­nales qui se croient trop grosses pour être contrô­lées. Certes, l’ex­pé­rience en la ma­tière in­cite à la pru­dence. Reste que, au mo­ment où Em­ma­nuel Ma­cron s’en prend à « l’Eu­rope ul­tra­li­bé­rale », l’ul­tra­li­bé­rale The­re­sa May lui donne une belle le­çon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.