Oli­vier As­sayas est drôle

Marianne Magazine - - Culture - OLI­VIER DE BRUYN

Il fê­te­ra ses 64 ans le 25 jan­vier, af­fiche une quin­zaine de films sur son cur­ri­cu­lum vi­tae et, preuve qu’il n’est ja­mais trop tard pour se dé­tendre, s’es­saie pour la pre­mière fois à la co­mé­die. Une co­mé­die d’un genre par­ti­cu­lier (ne pas s’at­tendre à un er­satz des Tuche), mais quand même… Oli­vier As­sayas, ci­néaste ta­len­tueux et in­égal, ne s’était jus­qu’alors ja­mais dis­tin­gué par sa lé­gè­re­té de ton et, de Désordre en 1986 (la chro­nique d’une jeu­nesse désen­chan­tée) à Per­so­nal Shop­per en 2016 (une mé­di­ta­tion sur le deuil), ses oeuvres com­plètes ne don­naient au­cune rai­son de rire, ni même de sou­rire. Sur­prise : dans Doubles vies, le met­teur en scène signe une fic­tion qui rap­pelle loin­tai­ne­ment Woo­dy Al­len et au­top­sie avec une iro­nie cin­glante les tics et ma­nies d’une poi­gnée d’in­tel­los pris au piège de leurs contra­dic­tions et aveu­glés par les faux-sem­blants de la sa­cro-sainte mo­der­ni­té. A gauche, si l’on ose dire, Alain (Guillaume Ca­net), un édi­teur in­fluent de la place pa­ri­sienne qui s’in­ter­roge sur son mé­tier à l’heure du nu­mé­rique tout-puis­sant et, par ailleurs, ne sait com­ment ex­pli­quer à son vieil ami Léo­nard (Vincent Ma­caigne) qu’il ne pu­blie­ra pas son nou­veau ro­man, une au­to­fic­tion be­so­gneuse. A droite, Sé­lé­na (Ju­liette Bi­noche), une ac­trice cé­lèbre qui, peu à peu, aban­donne le ci­né­ma pour tour­ner des sé­ries, bien plus « ten­dance » que les longs-mé­trages cé­ré­braux aux­quels elle était abon­née de­puis des lustres. Au­tour des pe­tits ar­ran­ge­ments avec la pro­bi­té et le sno­bisme de ces trois per­son­nages et de leurs proches, As­sayas bâ­tit une co­mé­die ner­veuse qui, au gré de si­tua­tions bien vues et de dia­logues ra­va­geurs, ra­dio­gra­phie avec une lu­ci­di­té amu­sée quelques maux contem­po­rains : culte du jeu­nisme, com­mu­nion sur l’au­tel du « Net » et de la « com », sou­mis­sion aux dogmes du pro­fit et du cy­nisme dé­con­trac­té. Sur le mode du « mieux vaut en rire », Oli­vier As­sayas vise et touche juste. Une bonne sur­prise pour lui comme pour nous…

JU­LIETTE BI­NOCHE ET VINCENT MA­CAIGNE,dans Doubles vies.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.