“Le drone mo­né­taire, une ‘chouette’ in­no­va­tion pour La­garde”

Marianne Magazine - - Actu Economie - PROPOS RECUEILLIS PAR EM.L

Ma­rianne : Le drone mo­né­taire re­vient à dis­tri­buer gra­tui­te­ment de l’ar­gent aux ré­si­dents de la zone eu­ro. C’est une blague d’éco­no­mistes ?

Jézabel Couppey-Soubeyran : La blague, c’est de lais­ser croire aux ci­toyens que la po­li­tique mo­né­taire ac­tuelle fait ce qu’on at­tend d’elle. De­puis plus de dix ans, cette po­li­tique ul­tra-ac­com­mo­dante re­vient à un open bar pour les banques quand l’éco­no­mie réelle ne goûte guère, elle, au cock­tail ! Les ef­fets sur l’éco­no­mie ont été faibles, car les banques n’ont pas as­sez joué leur rôle de trans­mis­sion. Pis, ces rares ef­fets ont été mal ré­par­tis : la si­tua­tion des PME et des mé­nages mo­destes ne s’est pas amé­lio­rée, à l’in­verse de celle des plus ai­sés. Le drone mo­né­taire ré­pond à ce double pro­blème puis­qu’il s’agit de dis­tri­buer di­rec­te­ment la mon­naie de banque cen­trale aux mé­nages. Pri­mo : il contour­ne­ra l’obs­truc­tion du ca­nal ban­caire car il s’en af­fran­chit. Se­cun­do : ses ef­fets se­ront mieux ré­par­tis, tous les adultes de plus de 15 ans de la zone eu­ro re­ce­vant 140 € par mois.

Quels sont les ef­fets at­ten­dus ?

Puis­sants. Pen­dant l’an­née test, la Banque cen­trale dis­tri­bue­rait 40 mil­liards d’eu­ros aux mé­nages, en­traî­nant une ca­pa­ci­té de dé­pense im­mé­diate dans l’éco­no­mie réelle. Même en ad­met­tant que seule la moi­tié est réel­le­ment consom­mée, l’ef­fet mul­ti­pli­ca­teur (les dé­penses des uns font les re­ve­nus des autres, qui per­mettent de nou­velles dé­penses, etc.) joue­rait à plein, de sorte que, chaque mois, 40 mil­liards de dé­penses ef­fec­tives se­raient au ren­dez-vous, l’équi­valent de 4 points de PIB an­nuel. Plus qu’une ode à la consom­ma­tion et à la crois­sance, il s’agit de re­con­naître une né­ces­si­té : pour chan­ger notre mo­dèle de crois­sance, or­ga­ni­ser la tran­si­tion éco­lo­gique, la po­li­tique éco­no­mique doit d’abord amé­lio­rer le sort de ceux qui souffrent. Le drone y contri­bue­rait.

Ch­ris­tine La­garde, la nou­velle pa­tronne de la Banque cen­trale eu­ro­péenne, ac­cep­te­rait-elle votre idée ?

Elle s’est dé­cla­rée prête à chan­ger en pro­fon­deur la po­li­tique de la BCE, à la ver­dir, à chan­ger d’ins­tru­ment, à faire plus sur la sta­bi­li­té fi­nan­cière, etc. C’est donc pro­met­teur. Si la mis­sion prin­ci­pale reste la sta­bi­li­té mo­né­taire et éco­no­mique de la zone eu­ro, le drone ai­de­rait la BCE à re­ga­gner sa cible d’in­fla­tion et éloi­gne­rait le risque la­tent de dé­fla­tion. Ni « fau­con », comme ceux qui ont les yeux ri­vés sur l’in­fla­tion, ni « co­lombe », comme ceux qui pri­vi­lé­gient la crois­sance, Ch­ris­tine La­garde s’est dé­fi­nie comme une « chouette » pour la sa­gesse qu’on y as­so­cie. Avec le drone, voi­ci une « chouette » in­no­va­tion clés en main !

*Maître de confé­rences à Paris 1.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.