Leur « dé­cou­verte »…

Marie Claire Enfants - - CHAUSSURES -

Ils sou­haitent pour leurs en­fants d’être au plus proche de leurs be­soins phy­sio­lo­giques, de la na­ture et des autres. Ils ont d’ailleurs sou­vent choi­si pour eux-mêmes un rythme quo­ti­dien qui leur est propre en de­ve­nant in­dé­pen­dants. Cer­tains font la classe à la mai­son, d’autres pas de classe du tout, à

Sans al­ler jus­qu’à cham­bou­ler notre mode de vie, ins­pi­rons-nous de leur quo­ti­dien pour ap­prendre à vivre dif­fé­rem­ment les mo­ments pas­sés avec nos en­fants.

l’image de l’ap­pren­tis­sage libre dis­pen­sé par l’école Sud­bu­ry Val­ley aux États-Unis, ou Sum­me­rhill en An­gle­terre. Au­cune dis­ci­pline n’y est dis­pen­sée. Les en­fants, ama­teur·rice·s de dé­cou­vertes, choi­sissent leurs ac­ti­vi­tés qu’ils·elles dé­ve­loppent le temps de leur mo­ti­va­tion. Pêche, jeux vi­déo, me­nui­se­rie, pia­no, écri­ture… Les champs d’ex­plo­ra­tion sont in­fi­nis. Des adultes les ac­com­pagnent sans les di­ri­ger. D’autres pa­rents ren­con­trés dans le cadre de cette en­quête ont dé­ci­dé de par­cou­rir le monde pen­dant un temps dé­ter­mi­né. Un an après, ils ont dé­cou­vert bien plus que le monde : leurs en­fants. Et ce­la passe en pre­mier lieu par leur ca­pa­ci­té à lâ­cher prise. Au dé­but, qu’elles soient « non-sco » ou en voyage, par peur de l’in­con­nu, les fa­milles s’ac­crochent à un plan­ning pré­cis : pro­fes­seur·e le

et sum­me­rhil­l­school.co.uk ma­tin, ani­ma­teur·rice l’après-mi­di. Mais ra­pi­de­ment, la confiance re­vient et, avec elle, les bien­faits d’être à l’écoute de son en­fant. Cette confiance doit in­ter­ve­nir dans toutes nos décisions et sup­plan­ter les pré­ju­gés.

…ap­pli­quée à notre quo­ti­dien

Au quo­ti­dien, les ten­sions liées au cou­cher, aux de­voirs, etc. sont sou­vent at­tri­buées soit à un·e en­fant « ce­ci » soit à une édu­ca­tion « ce­la »… Mais dans son livre Vivre heu­reux avec son en­fant, la pé­diatre Ca­the­rine Gue­guen conseille aux pa­rents d’aban­don­ner leurs a prio­ri. Et si le stress du soir, dû aux rythmes sco­laires et pro­fes­sion­nels, n’étaient pas la consé­quence d’une mau­vaise édu­ca­tion ou de ca­prices ? Tou·te·s les en­fants ont des rythmes de som­meil dif­fé­rents et ne doivent pas né­ces­sai­re­ment se cou­cher à 20 h. Il faut écou­ter leurs be­soins. Et ain­si, plu­tôt que de

Cé­drine Meier et sa fa­mille grimpent sur la dune de Te Pa­ki, au nord de la Nou­velle-Zé­lande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.