MI­CHAEL ANASTASSIADES L’en­chan­teur

Marie Claire Maison - - Signatures Design - ADE­LINE SUARD

Il ne faut sur­tout pas se fier aux

Si les pièces des­si­nées par le de­si­gner ap­pa­rences. chy­priote semblent em­preintes de sim­pli­ci­té, il n’en est rien, tant leur créa­tion re­lève d’un tra­vail de pré­ci­sion. La phi­lo­so­phie de son oeuvre se ré­sume à un unique ob­jec­tif : “pro­vo­quer le dia­logue, la par­ti­ci­pa­tion et l’in­ter­ac­tion”. C’est pré­ci­sé­ment ce qu’il a réus­si à faire avec “Or­di­nal”, la table au de­si­gn épu­ré qui as­so­cie un pla­teau en bois ul­tra­fin à des pieds as­sor­tis, po­si­tion­nés de ma­nière à as­su­rer un maxi­mum d’es­pace aux convives, qu’il a des­si­née pour Cas­si­na. Autre réa­li­sa­tion 2018 : la col­lec­tion Ar­ran­ge­ments pré­sen­tée à Mi­lan dans le sho­wroom de Flos, l’édi­teur ita­lien avec le­quel il en­tre­tient une re­la­tion pri­vi­lé­giée. Des luminaires aux fron­tières de l’art et du de­si­gn, dont les formes géo­mé­triques struc­turent l’es­pace ou ré­pondent à leur en­vi­ron­ne­ment, conformes là aus­si à son sou­ci du dé­tail et à sa pré­di­lec­tion pour les ma­té­riaux pré­cieux.

Bio ex­press Né à Chypre, Mi­chael Anastassiades part pour Londres en 1988. Après des études d’in­gé­nie­rie ci­vile et de de­si­gn in­dus­triel, il fonde son stu­dio en 1994 puis sa propre marque (Mi­chael Anastassiades Ltd) en 2007. Ses créa­tions sont ex­po­sées dans les col­lec­tions per­ma­nentes du MoMA à New York ou du Vic­to­ria & Al­bert Mu­seum à Londres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.