notre ca­hier shop­ping et in­fos mode

Née à Mar­seille il y a un peu plus de dix ans, la marque mul­ti­plie les gammes où se dé­clinent ba­siques en co­ton et ca­che­mires au tou­cher soi­gné.

Marie Claire - - Sommaire - Par Em­ma­nuelle Bosc toute notre sé­lec­tion mode sur ma­rie­claire.fr/shop­ping

Un ves­tiaire prêt-à-tou­cher

Ni amé­ri­caine ni vin­tage, la marque, ré­so­lu­ment mo­derne et fran­çaise, doit son nom à son ins­pi­ra­tion outre-At­lan­tique et à l’as­pect vieilli, comme dé­jà por­té, et tou­jours in­fi­ni­ment tac­tile, de son ves­tiaire. La re­cette ? « Un in­tense tra­vail sur le tou­cher (sec ou soyeux, par exemple) des ma­tières. Nous ne choi­sis­sons que les plus belles, tel le co­ton Pi­ma, ori­gi­naire du Pé­rou, ré­col­té à la main », ex­plique Mi­chaël Azou­lay, son fon­da­teur.

Un suc­cès ins­tan­ta­né

Tout dé­marre par le T-shirt. Dès sa pre­mière col­lec­tion, en 2005, la marque fait un car­ton grâce à ce­lui qui, au­jourd’hui en­core, se vend comme des petits pains : dé­cli­né en mul­ti­tude de formes et de cou­leurs, do­té d’un tou­cher ad­dic­tif, le top se­lon Ame­ri­can Vin­tage ne res­semble à nul autre. « Nous fai­sons tout pour qu’il ait une âme et dé­clenche des émo­tions », confie le créa­teur du la­bel. Qui se dis­tingue aussi, dans le même re­gistre, pour ses pulls en ca­che­mire. Ré­sul­tat : « Deux fa­milles de pro­duits qui se vendent, chaque an­née, à en­vi­ron 2,5 mil­lions de pièces. »

Un désir d’in­té­rieur

Née l’hi­ver der­nier, la nouvelle ligne Ho­me­wear d’Ame­ri­can Vin­tage, avec plaids et ca­ra­cos, cu­lottes et ca­le­çons dans des tons na­tu­rels, com­plète son uni­vers tout doux. « Nous al­lons la dé­ve­lop­per : elle per­met aussi de pro­po­ser des gammes plus ac­ces­sibles, tout en ap­por­tant du style aux in­té­rieurs de nos clientes. » Car la marque, par­te­naire de­puis 2017 du fes­ti­val de mode d’Hyères, reste avant tout une ré­fé­rence.

Un fon­da­teur ré­so­lu

C’est seul, au re­tour d’un voyage aux Etats-Unis, que Mi­chaël Azou­lay, jeune au­to­di­dacte mar­seillais, se lance. Et c’est là qu’ouvre la pre­mière bou­tique Ame­ri­can Vin­tage. Une dé­cen­nie plus tard, la marque compte sept cents sa­la­riés et cent trente bou­tiques dans le monde. « Ce mé­tier, c’est comme l’al­pi­nisme. Si tu ne grimpes pas, tu des­cends », pro­fesse l’en­tre­pre­neur. Parmi les ul­times re­bon­dis­se­ments ? Le lan­ce­ment de la gamme Sport Ame­ri­can Vin­tage.

1. Longue che­mise et pan­ta­lon en co­ton pour le prin­temp­sé­té 2018. 2. Mi­chaël Azou­lay, le créa­teur de la marque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.