Yu­bo, le Tin­der des ados

Marie Claire - - News - (*) in­no­cen­ceen­dan­ger.org.

« Yu­bo, c’est l’app pour se faire de nouveaux amis ! Il suf­fit de swi­per sur la droite les pro­fils que tu aimes, at­tendre que ce­la soit ré­ci­proque pour mat­cher et ain­si com­men­cer la dis­cus­sion. Re­joins la com­mu­nau­té Yu­bo ! » Sur son site, l’ap­pli­ca­tion gra­tuite pa­raît in­of­fen­sive. Avec quinze mil­lions d’uti­li­sa­teurs dans le monde, Yu­bo (ex-Yel­low) est une des ap­pli­ca­tions pré­fé­rées des ado­les­cents, à la grande in­quié­tude des ex­perts en cy­ber­cri­mi­na­li­té : ce « Tin­der pour ados » se ré­vèle un ter­rain de chasse idéal pour les pré­da­teurs sexuels. « Les chats donnent ac­cès aux comptes Snap­chat et Ins­ta­gram ; on peut donc voir où vit votre enfant. Vous ne sa­vez pas qui le re­garde, il n’y a au­cune vé­ri­fi­ca­tion d’iden­ti­té et d’âge réels des uti­li­sa­teurs, et au­cun mo­dé­ra­teur. L’ap­pli­ca­tion n’offre au­cune sé­cu­ri­té », alerte Ho­may­ra Sel­lier, pré­si­dente de l’as­so­cia­tion In­no­cence en dan­ger*. Du cô­té des in­té­res­sés, on re­la­ti­vise : « C’est sur­tout pour se mar­rer et se faire des amis vir­tuels, es­time Théo, 17 ans, ly­céen pa­ri­sien. Ce sont les “cha­ros” (cha­ro­gnards, ndlr) qui en font autre chose. » Face à ces cha­ros, une so­lu­tion : édu­quer les ado­les­cents aux risques en­cou­rus.

L’ap­pli­ca­tion gra­tuite n’est pas sans faille : elle ne ga­ran­tit au­cune sé­cu­ri­té dans sa pla­te­forme d’ac­cès et de géo­lo­ca­li­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.