Ma­rie-Jo­sée Croze

Son image de fille toute simple trouve-t-elle une ré­so­nance dans ses ri­tuels beau­té ? A l’af­fiche du film “Milf”, la co­mé­dienne les dé­voile pour nous.

Marie Claire - - Le Vanity - Par Nol­wenn du Laz Tous nos conseils beau­té sur ma­rie­claire.fr/ beaute

—A quelle heure vous le­vez-vous le ma­tin ?

Long­temps, je me suis le­vée tard, je dé­couvre le ma­tin de­puis quatre ans. En me ré­veillant à 6 h 30, je peux bou­qui­ner, ré­flé­chir sans être hap­pée, la nuit, par les idées noires et je n’ai plus d’in­som­nies.

—Sor­tez-vous le vi­sage nu ?

J’en donne l’ap­pa­rence mais c’est hy­po­crite. Je masque taches de so­leil ou nez rouge avec quelques touches d’Encre de Peau d’Yves Saint Laurent, j’uti­lise un mas­ca­ra brun de Marc Ja­cobs et un baume à lèvres. Et quand je suis bla­farde, du blush Nars. Mon vi­sage an­gu­laire et mon oeil russe un peu fer­mé ne sup­portent pas de ma­quillage lourd. Avec un re­gard char­bon­neux, j’ai l’air d’un koa­la.

—Eprou­vez-vous le be­soin de faire du sport ?

J’en fait in­ten­si­ve­ment le mois pré­cé­dant un tour­nage pour l’en­du­rance, la concen­tra­tion et me cal­mer grâce aux en­dor­phines. On a vite meilleure mine grâce à une oxy­gé­na­tion in­ten­si­fiée. En so­li­taire, je fais du yo­ga chez moi ou je cours au Luxem­bourg.

—Quel rap­port avez-vous avec la nour­ri­ture ?

J’ai tou­jours eu un pro­blème pour man­ger les ani­maux mais dans mon mi­lieu, ça ne se di­sait pas. Je suis vé­gé­ta­rienne de­puis huit ans ( la mort de mon chien), et j’ai per­du une ou deux tailles de vê­te­ments. Je com­plète avec des vi­ta­mines et mi­né­raux.

—Les trois pro­duits de beau­té dont vous ne vous sé­pa­rez pas ?

Le Double Se­rum de Cla­rins, Beau­té de Nuit de Ga­lé­nic et sur le corps, Rêve de Miel de Nuxe.

—Quel re­gard por­tait votre mère sur vous ?

Elle m’a adop­tée alors qu’elle était âgée. Son mo­dèle était Eli­za­beth Tay­lor, as­sez in­ac­ces­sible. Je ne de­vais pas trop être sa came phy­si­que­ment mais ma per­son­na­li­té et ma droi­ture mo­rale l’im­por­taient plus.

—Ai­mez-vous votre âge ?

J’ai 48 ans. Je ne suis pas fan de vieillir même si je me main­tiens et que je me pré­fère qu’à 20 ans. Quand les choses toxiques vous ont tra­ver­sée sans lais­ser de traces, c’est mi­ra­cu­leux.

—Qu’est-ce que vos che­veux disent de vous ?

On n’est pas tous égaux, ils sont ca­rac­té­riels, ont blan­chi de­puis mes 20 ans et poussent len­te­ment. J’étais en co­lère de pas­ser au pla­tine pour Milf, avec le coif­feur Da­vid Lu­cas, mais ce­la m’éclaire. J’ai main­te­nant des ra­cines fon­cées, ce look un peu 80’s a du chien. J’uti­lise la Poudre de Sham­pooing Bio by Biot et le Mask No.3 La Cou­leur de Da­vid Mallet.

—Por­tez-vous un par­fum tous les jours ?

Oui, mais j’al­terne entre quatre ou cinq par­mi des sen­teurs de Comme des Gar­çons, Eu Vent de Vous de Sa­bé Mas­son et l’Eau Dy­na­mi­sante de Cla­rins.

—Le geste beau­té qui vous res­semble le plus ?

M’hy­dra­ter. J’ai la pho­bie de la peau sèche.

—Qu’est-ce qu’être belle ?

In­tel­li­gence et beau­té marchent main dans la main, ce­la in­clut la po­li­tesse et le sou­ci de l’autre. Mi­nau­der, cher­cher à sus­ci­ter le re­gard rendent moche. Nietzsche di­sait : « Mon­trez vos vices et ca­chez vos ver­tus. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.