14 ques­tions d’après mi­nuit

Marie Claire - - La Rencontre D’après Minuit -

— Vous dor­mez ?

En ce mo­ment, je suis dans une pé­riode de tra­vail in­tense. Je dors six heures par nuit, et ça me suf­fit.

— Votre bois­son et nour­ri­ture noc­turne ? Mos­cow mule, spritz, vod­ka-pomme, vod­ka-Per­rier, c’est bien. Et aus­si Cam­pa­rio­range pres­sée. Si j’ai une in­som­nie ou si je zone la nuit, je mange du cho­co­lat. Bon, je mange aus­si des clopes, c’est ma vraie nour­ri­ture noc­turne.

— Vi­vez-vous sous une bonne étoile ?

Oui et non. Exac­te­ment oui : j’ai énor­mé­ment de chance, je suis née dans un mi­lieu bourgeois, en­droit où c’est confor­table de naître, où on a du po­gnon, ac­cès aux pos­sibles. Et mes pa­rents m’ont ai­mée… Et mon mé­tier ! Il y a plein d’as­pects de ma vie où on pour­rait dire : « Pu­tain, la moule ! » Et il y a l’exact in­verse.

Dans notre fa­mille, il y a plu­sieurs élé­ments d’une grande vio­lence. Là, il faut un ré­pit. — Votre mère vous em­bras­sait-elle avant d’al­ler dor­mir ?

On n’avait pas la té­lé, il y avait de très longs re­pas. On pou­vait se cou­cher sans bi­sous, on les avait eus avant.

— La nuit ef­face-t-elle le jour et les sou­cis ? Le som­meil oui, même des siestes dans la jour­née.

— Sur votre table de nuit ?

En ce mo­ment, tous les livres d’Her­vé Gui­bert. Et mon té­lé­phone. Je laisse mon pa­quet de clopes dans la cui­sine.

— La der­nière fois que vous vous êtes cou­chée tôt ?

En va­cances, en Ita­lie, avec mes en­fants, je me cou­chais à 23 heures. Je me le­vais à 6 heures pour ap­prendre Gui­bert.

— Les car­bu­rants d’après mi­nuit : al­cool, pi­lules, drogue, sexe, sucre, Xa­nax ? Drogue, oc­ca­sion­nel­le­ment ; le sexe est moins dan­ge­reux pour la san­té.

— La nuit la plus dingue ?

Les plus dingues ou les plus belles ne se ra­content pas.

— Boule à fa­cettes ?

A une pé­riode, j’al­lais beau­coup au Mon­ta­na avec Jo­na­than Co­hen. Mais je ne danse ja­mais. Dans une fête, je se­rai tou­jours dans la cui­sine, ja­mais sur la piste de danse.

— Le plus trash la nuit ? Je n’ai rien qui me vient.

— Les mots de la nuit ?

Je t’aime, je te quitte, j’ai peur, fuck, j’en ai rien à foutre… ça dé­pend des nuits.

— Le par­fum de la nuit ? Ero­tique.

— L’en­droit où les étoiles brillent le plus ? Le ciel d’Ita­lie a des étoiles plus douces qu’ailleurs, quoi­qu’avec Mat­teo Sal­vi­ni ça risque de chan­ger.

« Je ne danse ja­mais. Dans une fête, je se­rai tou­jours dans la cui­sine, ja­mais sur la piste de danse. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.