Rê­ver d’un autre monde

L’un fait des vases et bous­cule les iden­ti­tés, l’autre élève des arai­gnées et re­pense l’éco­lo­gie avec des oeuvres spec­ta­cu­laires. Gray­son Per­ry et Tomás Sa­ra­ce­no s’ex­posent cet au­tomne, et sont épous­tou­flants.

Marie Claire - - Expositions - Par Na­ta­cha Wo­lins­ki

de Tomás Sa­ra­ce­no, 2017.

Ils trans­cendent les genres

Gray­son Per­ry s’est in­ven­té un al­ter ego, Claire, et se pré­sente dans les ver­nis­sages gri­mé en femme, avec jupe à vo­lants, ru­bans dans les che­veux et col­lant à pois. Ses ap­pa­ri­tions flam­boyantes prêtent à sou­rire mais vont de pair avec des ques­tions sur le fé­mi­nin et le mas­cu­lin, l’être et le pa­raître, les codes des classes so­ciales, le bon et le mau­vais goûts… Les meilleures amies de Tomás Sa­ra­ce­no sont les arai­gnées ! Les trois cents es­pèces qu’il élève dans son ate­lier à Ber­lin lui servent à tis­ser des toiles géantes qu’il trans­forme en oeuvres d’art vi­suelles et so­nores. Des cap­teurs po­sés sur les fils de soie en­re­gistrent les vi­bra­tions des arai­gnées et lui per­mettent de créer d’éton­nants « arach­no- concerts ».

Ae­ro­cene Ex­plo­rer,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.