Les mots clés du Mas­sif cen­tral dans la guerre d’in­dé­pen­dance

Massif Central Patrimoine - - Histoire / Aventure -

LA­FAYETTE.- Le hé­ros des deux mondes, l’homme de deux châ­teaux. On ne pré­sente plus le mar­quis de La Fayette, tout le monde sait qu’il est né en Haute-loire à Cha­va­niac, de­ve­nu Cha­va­niac-La­fayette. Mais qui sait qu’après cinq an­nées dans les geôles au­tri­chiennes, il n’est li­bé­ré que pour être pros­crit par Bo­na­parte. À son re­tour en France, de 1800 et jus­qu’à sa mort, il vit au Châ­teau de La­grange en Seine-et-marne. Aux Etats-unis, une qua­ran­taine de com­tés et de villes ont La­fayette ou La­grange dans leur nom. Peut-on par­ler du gé­né­ral La­fayette sans ci­ter sa plus belle phrase « J’ai tout es­sayé sauf la guerre ci­vile dont j’ai craint les hor­reurs ».

MONT­MO­RIN.- Mas­sa­cré et ou­blié ! Ar­mand-marc de Mont­mo­rin est un Auvergnat de Pa­ris, il y est né le 13 oc­tobre 1745. As­sas­si­né par les Ja­co­bins le 2 sep­tembre 1792, son corps ter­mine em­pa­lé lors des mas­sacres de Sep­tembre. Il est un des pre­miers tués de la Ter­reur. Seule sa fille Pau­line de Beau­mont, es­ti­mée trop ma­lade pour être guillo­ti­née, sur­vit à la pé­riode ré­vo­lu­tion­naire. Elle se­ra le grand amour de Fran­çois-re­né de Cha­teau­briand, En Au­vergne, Ar­mand-marc ne vit pas dans le vieux châ­teau féo­dal du vil­lage qui porte son nom, sa ré­si­dence est La Barge, près de Cour­pière (63). Ac­tuel­le­ment pro­prié­té du mar­quis Ca­lixte de Mont­mo­rin, ce châ­teau se vi­site. Il est une halte in­con­tour­nable sur la Route des châ­teaux d’au­vergne.

OR­VIL­LIERS.- La ma­rine et

La Belle Poule

La Belle Poule, qui ne connaît pas ce nom ? Or­vil­liers, qui connaît l’ami­ral de Louis XVI ? Le 17 juin 1778 au soir, pen­dant quatre heures, au nord de la Bre­tagne, la fré­gate an­glaise Are­thu­sa at­taque La Belle Poule. Les dé­gâts sont lourds, trente morts et une cen­taine de bles­sés fran­çais ; l’an­glais a per­du un mât et s’échappe. Un mois plus tard, le 27 juillet, Or­vil­liers af­fronte l’ami­ral an­glais Kep­pel. L’ami­ral d’or­vil­liers est ori­gi­naire d’une fa­mille bour­bon­naise où la ma­rine est une longue tra­di­tion. Il a 68 ans. Il est ma­rin de­puis qua­rante ans quand, pen­dant trois heures, il se heurte à la flotte an­glaise et montre à l’eu­rope que la Royal Na­vy n’est plus in­vin­cible.

LE CHE­VA­LIER DE PONTGIBAUD.- Un in­sou­mis chez les In­sur­gents Charles-al­bert, comte de Mo­ré, che­va­lier de Pontgibaud est un per­son­nage éton­nant. Il voit le jour à Cler­mont-fer­rand le 21 avril 1758. Pla­cé en nour­rice chez une au­ber­giste, il at­tri­bue sa forte consti­tu­tion « aux pe­tits verres of­ferts par les clients ». De bonnes études n’en­lèvent pas le goût de l’aven­ture ; ses aven­tures le conduisent dans une bas­tille lyon­naise, la for­te­resse de la Pierre-en-cize d’où il s’évade en creu­sant le mur. De re­tour au châ­teau pa­ter­nel de Pontgibaud, sa fa­mille trouve plus pru­dent de lui faire re­joindre La­fayette en Amérique. Le che­va­lier de Pontgibaud, l’in­sou­mis, re­joint les In­sur­gents. Dès 1777, il se bat cou­ra­geu­se­ment et fait la liai­son entre Wa­shing­ton et La­fayette. Dis­tin­gué par la mé­daille de Cin­cin­na­ti, après la Ter­reur, il re­tourne en Amérique pour per­ce­voir sa solde.

RÉ­GI­MENT D’AU­VERGNE.Du Royal Walsh au 92e RI Le « Royal-ir­lan­dais» est créé en 1661 par Charles II d’angleterre. Après 1688, le ré­gi­ment suit Jacques II en France, entre au ser­vice de la France de Louis XIV. Ra­pi­de­ment, il porte le nom de son com­man­dant, le comte de Walsh. Sous Louis XIV, il s’illustre à la ba­taille de Fon­te­noy. Pen­dant la guerre d’in­dé­pen­dance, le Walsh par­ti­cipe à deux ba­tailles im­por­tantes ; il est pré­sent en sep­tembre 1779 à Sa­van­nah, quand l’ami­ral d’es­taing dé­barque ses hommes, et en oc­tobre 1781, à York­town pour la der­nière ba­taille amé­ri­caine. En 1791, le Royal Walsh, de­vient le 92e RI. En 1881, le 92 s’ins­talle dé­fi­ni­ti­ve­ment à Cler­montFer­rand, il de­vient le « Ré­gi­ment de l’au­vergne ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.