FA­BRICE DA­LU­SEAU, LE GÉANT DE SES DAMES

Massif Central Patrimoine - - Art De Vivre / Le Bonheur Est Au Village -

De la rue, rai­sonne dé­jà la « Dame de Haute-sa­voie » de Ca­brel, dont on ima­gine qu’elle tourne en boucle de­puis un mo­ment. La mu­sique est forte, à l’image du per­son­nage qui nous ac­cueille dans son antre. Fa­brice Da­lu­seau ne fait pas dans la de­mi­me­sure. Géant dans cet ate­lier im­pro­vi­sé fait de méandres et de re­coins, l’homme vous parle comme si vous le connais­siez de­puis… tou­jours. De la pein­ture, il a une dé­fi­ni­tion as­sez rock’n roll : « Pour moi, faire de la pein­ture c’est faire des bons­hommes et comme j’aime beau­coup les femmes, je peins sur­tout des femmes ». Ses cou­leurs sont à l’image de ses sen­ti­ments, ful­gu­rantes. Il peint obs­ti­né­ment, en­tasse ses oeuvres dans un bric-à-brac sa­vam­ment or­ga­ni­sé. Quand il s’ins­talle de­vant son che­va­let, il est cer­né par ses ta­bleaux, té­moins de la pas­sion, du déses­poir, de l’ar­deur et de l’ob­ses­sion qui guide son pin­ceau. Fa­brice, le grand gaillard, fan in­con­di­tion­nel de Keith Ri­chards, a les pro­vo­ca­tions du so­li­taire que tout émeut et qui feint d’être cui­ras­sé d’ir­ré­vé­rence. Il ma­nie l’iro­nie et la po­lé­mique dans de grandes dia­tribes ar­ro­sées de bon vin. Fa­brice a tout vu, tout vé­cu, et tout quit­té, à moins que ce ne soit le tout qui l’ait quit­té… Homme aux mille vies, il a po­sé ses va­lises à Ma­rols de­puis deux ans. Ce lieu « va­che­ment bien » où il a trou­vé le calme après avoir es­suyé pas mal de tem­pêtes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.