MIEUX CONNAÎTRE

Il n’a pas son pa­reil pour boos­ter nos me­nus : ju­teux, doux et aci­du­lé, bien vi­ta­mi­né, il fait fré­tiller les pa­pilles.

Maxi Cuisine - - Toutes Vos Recettes De Mars -

Le pam­ple­mousse

Du jaune au rose

Plus su­cré et moins amer que ce­lui à chair jaune, le pam­ple­mousse rose a la fa­veur des consom­ma­teurs. Ce­lui de Flo­ride est une ré­fé­rence, mais il peut aus­si pro­ve­nir d’is­raël ou d’afrique du Sud. Dans tous les cas, il faut le choi­sir lourd en main, signe qu’il est bien ju­teux, avec une peau brillante. Il se conserve fa­ci­le­ment une se­maine dans un lieu frais. Une fois ou­vert, il doit être consom­mé sans at­tendre pour pro­fi­ter de sa fraî­cheur et de sa vi­ta­mine C : un de­mi-pam­ple­mousse couvre la moi­tié de nos be­soins quo­ti­diens.

Dans l’as­siette

Si on a cou­tume de le dé­gus­ter à la pe­tite cuillère, sa pulpe se glisse aus­si dans les sa­lades aux­quelles il ap­porte une dé­li­cieuse touche su­crée-aci­du­lée. Une as­tuce pour pré­le­ver les seg­ments : le pe­ler, puis le pla­cer au ré­fri­gé­ra­teur pour que les mem­branes dur­cissent et s’ôtent fa­ci­le­ment. Bio, son zeste râ­pé par­fume les bis­cuits et les crèmes. En­fin, son jus sert à dé­gla­cer les jus de cuis­son des vo­lailles ou à re­le­ver les ma­ri­nades des pois­sons.

po­me­lo ou pam­ple­mousse ?

Ce que nous nom­mons com­mu­né­ment pam­ple­mousse est en fait le po­me­lo. Ce croi­se­ment d’agrumes ori­gi­naire des Ca­raïbes est ce­lui que l’on trouve cou­ram­ment sous les dif­fé­rentes cou­leurs jaune ou rose. Le « vrai » pam­ple­mousse d’asie, acide et amer, est qua­si­ment in­trou­vable, et im­man­geable cru !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.