Je baigne en per­ma­nence dans une am­biance très jeune”

Maxi Hors-série Santé - - BIEN AVEC LES AUTRES -

NI­COLE, 77 ANS. Au­pa­ra­vant se­cré­taire gé­né­rale dans une école de com­merce, elle est au­jourd’hui re­trai­tée. De­puis cinq ans, elle est vo­lon­taire chez Aides.

« Mon frère est dé­cé­dé des suites du si­da dans les an­nées 1980. Je l’ai ac­com­pa­gné pen­dant ses deux der­nières an­nées. À sa mort, je me suis pro­mis que je ren­drais un jour tout ce qu’on m’avait don­né pen­dant cette pé­riode dou­lou­reuse. De­ve­nir

vo­lon­taire à Aides était donc une évi­dence. Le bé­né­vo­lat, c’est la li­ber­té de don­ner mais c’est aus­si un en­ga­ge­ment. L’as­so­cia­tion Aides m’ap­porte beau­coup de bon­heur et de bien-être. Je me sens utile. Et puis, je baigne en per­ma­nence dans une am­biance très jeune. J’es­saie de leur faire pro­fi­ter de mon ex­pé­rience. Sou­vent avec hu­mour… Je suis très to­lé­rante, on peut me par­ler de tout… Si j’avais un conseil à don­ner à quel­qu’un qui veut faire du bé­né­vo­lat, je di­rais qu’il faut être pra­tique : cher­chez une as­so­cia­tion au­tour de chez vous.

C’est plus fa­cile si vous ne per­dez pas de temps dans les trans­ports. Et en­suite, choi­sis­sez votre propre rythme. C’est vous qui dites quand et comment. Per­son­nel­le­ment, je donne mon mer­cre­di soir. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.