TROIS QUES­TIONS AU...

PR FRAN­ÇOIS CAR­RÉ, car­dio­logue et pré­sident de l’Ob­ser­va­toire de la Sé­den­ta­ri­té, au­teur de « Dan­ger sé­den­ta­ri­té » (éd. Le Cherche Mi­di)

Maxi Hors-série Santé - - EN PLEINE SANTÉ -

En quoi est-ce es­sen­tiel de bou­ger pour l’or­ga­nisme ?

Notre corps n’est pas du tout pro­gram­mé pour res­ter in­ac­tif et as­sis trop long­temps. À trop le mettre au re­pos, on le laisse s’en­cras­ser… Ré­sul­tat : le sang ne cir­cule pas as­sez dans nos vais­seaux, et nos or­ganes et nos muscles ne sont pas as­sez oxy­gé­nés. Les per­sonnes sé­den­taires prennent un risque im­por­tant pour leur san­té, c’est prou­vé scien­ti que­ment.

Quels sont ces risques ?

À court terme, le manque d’ac­ti­vi­té phy­sique en­traîne un risque ac­cru de phlé­bite, qui n’est autre que la for­ma­tion d’un caillot de sang dans une

veine des membres in­fé­rieurs. Or une phlé­bite peut se com­pli­quer d’une em­bo­lie pul­mo­naire (obs­truc­tion de l’ar­tère pul­mo­naire). Le grand pu­blic a connais­sance de ce risque lors d’un tra­jet en avion… Seule­ment, bien souvent, on n’iden­ti e pas le prin­ci­pal res­pon­sable : il ne s’agit pas du tout de l’al­ti­tude, mais bien de l’im­mo­bi­li­té pro­lon­gée. Ain­si, vous cou­rez le même risque à res­ter as­sis de longues heures dans un avion que de­vant un or­di­na­teur chez vous ou sur votre lieu de tra­vail… De plus, à long terme, la sé­den­ta­ri­té va abais­ser les mé­ca­nismes de dé­fense de l’or­ga­nisme et fa­vo­ri­ser le dé­ve­lop­pe­ment de ma­la­dies chro­niques comme l’hy­per­ten­sion ar­té­rielle, le dia­bète ou le cho­les­té­rol, et ain­si faire le lit de ma­la­dies car­dio-vas­cu­laires, de can­cers…

Quels conseils don­ne­riez-vous aux per­sonnes sé­den­taires ?

Le­vez-vous et mar­chez ! Al­lez-y pro­gres­si­ve­ment, ne vous xez pas d’ob­jec­tifs trop am­bi­tieux. Au dé­but, ce se­ra sû­re­ment un peu dif cile, par manque d’ha­bi­tude. Car moins on bouge, plus il est dif cile de bou­ger : on peut ra­pi­de­ment être es­souf é, avoir mal aux ar­ti­cu­la­tions… Mais es­sayez et vous ver­rez. Un pas de plus chaque jour, c’est dé­jà ça de ga­gné pour votre san­té. Les pre­miers bé­né ces ne tar­de­ront pas à se faire sen­tir, tant sur le mo­ral que sur la condi­tion phy­sique. Il est es­sen­tiel de com­prendre que mar­cher, ce n’est pas du temps per­du. Vous pou­vez par exemple no­ter chaque jour dans votre agen­da : « 30 mi­nutes de ren­dez-vous avec moi-même pour prendre soin de moi et de ma san­té » !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.