De plus en plus de jeunes s’échappent de la so­cié­té de consom­ma­tion

Maxi - - Témoignage - Luce Ja­nin-De­vil­lars, psy­cha­na­lyste et coach*

Les jeunes ont de plus en plus pour prio­ri­té d’être heu­reux, sans doute parce qu’ils ont vu leurs pa­rents s’achar­ner au tra­vail pour être fi­na­le­ment li­cen­ciés, ou épui­sés, li­go­tés par les be­soins de la so­cié­té de consom­ma­tion. Le mot d’ordre de beau­coup de jeunes di­plô­més d’au­jourd’hui, c’est « dé­pen­ser moins pour ga­gner moins », à condi­tion de s’épa­nouir dans leur tra­vail et de don­ner un sens à leur vie. Ils ne veulent plus vivre à cré­dit et sont aus­si très res­pon­sables sur le plan éthique. Quand c’est dif­fi­cile pour des qua­ran­te­naires et plus de re­non­cer au confort et au su­per­flu, il leur « suf­fit », à eux, de ne pas com­men­cer. Tout pro­jet de vie se pré­pare et, pour vivre avec peu, ils savent qu’il faut se for­mer et mû­rir son pro­jet. Ce sont fi­na­le­ment des grands sages ! * Co­au­teur avec Bru­no Er­ba : Je me re­pro­gramme avec les pen­sées qui boostent mon bien-être (éd. So­lar).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.