ANI­MAUX

En­core mieux nour­rir son chat

Maxi - - C’est Dans Votrek Maxi - Par So­phie Du­bois-Col­let

Oc­cu­pez-vous vous-même de ses re­pas

Le chat sait faire la dif­fé­rence entre les adultes et les en­fants, qu’il as­so­cie plu­tôt aux jeux et aux câ­lins. Ce n’est donc pas à eux de lui ser­vir son re­pas. En re­vanche, n’hé­si­tez pas à leur de­man­der de vous ai­der lorsque vous pré­pa­rez la ga­melle de votre chat. Ce­la vous per­met­tra de leur ap­prendre quels sont les bons ali­ments et les bonnes pro­por­tions à lui don­ner. Ser­vez-lui ses re­pas au bon en­droit Comme tous les fé­lins, le chat reste sur le qui-vive lors­qu’il mange. Pour qu’il ne soit pas dé­ran­gé, ins­tal­lez sa ga­melle hors d’un lieu de pas­sage, mais aus­si loin de sa li­tière, de son pa­nier ou en­core de l’en­droit où il a l’ha­bi­tude de dor­mir. S’il y a un chien dans la mai­son, met­tez sa ga­melle en hau­teur pour que le chien ne l’at­teigne pas et pour qu’il se sente en sé­cu­ri­té lors­qu’il prend ses re­pas.

Ne lais­sez ja­mais sa ga­melle vide

Le chat aime gri­gno­ter et peut al­ler manger dans sa ga­melle plus d’une di­zaine de fois par jour. S’il voit qu’elle est vide, ce se­ra pour lui une source de stress et il risque de de­ve­nir ner­veux, voire agres­sif. S’il a tendance à trop manger, of­frez-lui un dis­tri­bu­teur de cro­quettes pro­gram­mable* qui lui dé­li­vre­ra une cer­taine quan­ti­té d’ali­ments aux heures que vous choi­si­rez. Lais­sez-lui tou­jours de l’eau à dis­po­si­tion dans un pe­tit bol ou, mieux, achetez-lui une fon­taine à eau*, car ils n’aiment pas l’eau stag­nante. * À par­tir de 40 € le dis­tri­bu­teur de cro­quettes et 25 € la fon­taine à eau, dans les ani­ma­le­ries et sur In­ter­net.

Choi­sis­sez une ga­melle adap­tée

Aus­si dé­li­cat soit-il, votre chat se moque de l’es­thé­tique de sa ga­melle. Ce dont il a be­soin, c’est qu’elle soit adap­tée à sa mor­pho­lo­gie, stable et tou­jours propre. Pré­fé­rez les ma­tières comme l’inox, la por­ce­laine ou le grès, qui s’usent moins vite et sont plus hy­gié­niques que le plas­tique. Si vous avez plu­sieurs chats, cha­cun doit avoir la sienne. Ce­la évite la trans­mis­sion de cer­taines ma­la­dies par la sa­live, comme le ca­li­ci­vi­rus, et le risque de pro­vo­quer des ja­lou­sies, des bou­de­ries, voire un re­fus de s’ali­men­ter.

Don­nez-lui des ali­ments à tem­pé­ra­ture am­biante

Le chat per­çoit le goût des ali­ments es­sen­tiel­le­ment par son odo­rat, car son goût est as­sez peu dé­ve­lop­pé. En ef­fet, il pos­sède 473 bulbes gus­ta­tifs tan­dis que nous en avons 9000. Il est tou­jours pré­fé­rable de lui ser­vir ses ali­ments à tem­pé­ra­ture am­biante pour res­pec­ter son sys­tème di­ges­tif et lui per­mettre de pro­fi­ter da­van­tage des sa­veurs, puisque le froid les at­té­nue et que la cha­leur les mo­di­fie.

Ne variez pas trop son ali­men­ta­tion

Il aime ses ha­bi­tudes, même pour ce qui est de l’ali­men­ta­tion. Vous pou­vez bien sûr va­rier ses re­pas, mais évi­tez tout chan­ge­ment brusque, car ce­la pour­rait pro­vo­quer des troubles di­ges­tifs.

Of­frez-lui des frian­dises éla­bo­rées pour lui

Le sucre n’est pas adap­té au ré­gime de votre pe­tit fé­lin et risque de lui pro­vo­quer du diabète. Il faut donc ne ja­mais lui don­ner de gâ­teau, de su­cre­rie et de cho­co­lat. Pour lui faire plai­sir, vous pou­vez lui of­frir des frian­dises à base de pois­son ou de viande, éla­bo­rées pour lui. Vous les trou­ve­rez condi­tion­nées dans de pe­tites boîtes ou des sa­chets au rayon ali­men­ta­tion ani­male des grandes sur­faces. Te­nez compte de la va­leur ca­lo­rique de ces frian­dises et ajus­tez son ali­men­ta­tion ha­bi­tuelle en fonc­tion.

Pré­pa­rez-lui des por­tions équi­li­brées

De­man­dez con­seil à votre vé­té­ri­naire pour bien adap­ter la va­rié­té et la quan­ti­té de nour­ri­ture se­lon son éven­tuel ré­gime ali­men­taire (obé­si­té, diabète…), de son âge et de son ac­ti­vi­té phy­sique. Vous pou­vez ne lui ser­vir que des cro­quettes, mais mieux vaut lui don­ner aus­si des sa­chets ou des boîtes, car ces ali­ments au­ront, entre autres, des pro­prié­tés hy­dra­tantes. En­fin, même s’il les adore, votre chat ne doit pas être nour­ri qu’avec des ali­ments frais (viande, cre­vettes…), car ce­la lui pro­vo­que­rait des ca­rences.

Gar­dez vos restes ali­men­taires pour vous

Notre ali­men­ta­tion ne convient pas au chat qui a be­soin d’un ré­gime très riche en pro­téines. En outre, si vous l’ha­bi­tuez à lui don­ner ce que vous man­gez, il risque de ve­nir qué­man­der lorsque vous êtes à table et ce­la gé­né­re­ra des ten­sions aus­si bien pour lui que pour vous.

La­vez-lui ses ga­melles tous les jours

Le chat est très sen­sible aux odeurs et peut re­fu­ser de manger dans sa ga­melle si elle n’est pas propre. Ne lui lais­sez pas d’ali­ments frais ou hu­mides plus de trois heures. Net­toyez tou­jours ses ga­melles à l’eau chaude, sans uti­li­ser de pro­duit vais­selle, car l’odeur pour­rait ne pas lui plaire. * Cli­nique vé­té­ri­naire de la Bas­tide, à Ro­bion, dans le Vau­cluse. http://ve­te­ri­naire-bas­tide-vau­cluse.fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.