Votre cha­ton

Maxi - - Animaux -

Il frotte sa tête contre vos jambes

On a sou­vent ten­dance à croire qu’il ré­clame de la nour­ri­ture mais, en réa­li­té, quand il frotte sa tête, son dos et sa queue contre vos jambes, il vous im­prègne de ses phé­ro­mones et cherche à vous faire com­prendre qu’il est bien avec vous. Faites-lui des ca­resses lé­gères ou, s’il aime, grat­tez-le sous le men­ton pour ré­pondre à son élan de ten­dresse.

Il vous lèche la main

Dans cer­tains cas, no­tam­ment lors­qu’il émet un ron­ron­ne­ment stable et qu’il a les yeux mi-clos, il cherche à se ras­su­rer et à ren­for­cer le lien af­fec­tif qu’il a avec vous. En re­vanche, si le lé­chage de main est ac­com­pa­gné de signes de ten­sion (oreilles en ar­rière, queue qui bat…), pre­nez ce geste comme une de­mande de mise à dis­tance. La main d’un hu­main étant de la taille du cha­ton, il peut ef­fec­ti­ve­ment la consi­dé­rer comme une éven­tuelle me­nace. Res­pec­tez sa de­mande, ar­rê­tez de le ca­res­ser, sans quoi il ris­que­rait de vous mordre.

Il arque son dos et hé­risse le poil

Le cha­ton et, plus tard, le chat adulte arque son dos, hé­risse le poil et fait même des bonds sur le cô­té lors­qu’il a peur. Il adopte cette at­ti­tude pour pa­raître plus gros qu’il ne l’est et tente ain­si de vous ef­frayer. Lorsque ce com­por­te­ment est ac­com­pa­gné de gron­de­ments ou de feu­le­ments, c’est qu’il est ir­ri­té. Dans un cas comme dans l’autre, igno­rez-le pour ne pas mettre da­van­tage d’huile sur le feu !

Il cligne des yeux quand vous le fixez

Il n’aime pas les re­gards di­rects, qui sont pour lui sy­no­nymes de conflit. En cli­gnant des yeux, il cherche à apai­ser la si­tua­tion, à vous dire : ar­rête de me fixer, ça me stresse et, si tu conti­nues, je risque vrai­ment de m’éner­ver.

Il fait sa toi­lette très sou­vent

Le cha­ton de­vient ra­pi­de­ment propre et peut pas­ser beau­coup de temps à se toi­let­ter, no­tam­ment lors­qu’il se ré­veille. Ce­pen­dant, quand il se lèche ner­veu­se­ment, en in­sis­tant sur des zones pré­cises, c’est peut-être pour apai­ser une dou­leur, une in­flam­ma­tion, des pi­qûres de puce ou en­core un trop-plein de stress. Si la si­tua­tion dure plus de trois jours, em­me­nez-le chez le vé­té­ri­naire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.