Scan­ners 3D ou ma­chines à me­su­rer tri­di­men­sion­nelles ?

Mesures - - Guide D’achat -

Les scan­ners 3D peuvent-ils concur­ren­cer les ma­chines à me­su­rer tri­di­men­sion­nelles (MMT) tac­tiles ? « La plu­part du temps, les deux sys­tèmes ne sont pas en concur­rence, es­time Ma­thieu Le Saux, res­pon­sable des pro­duits de mé­tro­lo­gie in­dus­trielle chez Carl Zeiss Op­to­tech­nik. Pour une mesure ra­pide, avec une pré­ci­sion faible, on uti­li­se­ra un scan­ner. Si une mesure né­ces­site une grande pré­ci­sion, la MMT reste la meilleure op­tion. » Ain­si, la tô­le­rie au­to­mo­bile s’ac­com­mode par­fai­te­ment d’un scan­ner 3D, tan­dis que le contrôle d’une pièce mé­ca­nique jus­ti­fie le re­cours à une MMT. « La ma­chine 3D est utile pour le contrôle de quelques points, comme des trous, ou d’autres élé­ments qui per­mettent l’as­sem­blage d’une pièce », ajoute Da­niel Brown, di­rec­teur en charge de la ges­tion de pro­duits chez Crea­form. « Les scan­ners les plus pré­cis, en lu­mière struc­tu­rée, pour­raient concur­ren­cer les MMT, es­time Ma­thieu Le Saux (Carl Zeiss Op­to­tech­nik). Mais ces der­nières ont un coût im­por­tant et ré­pondent à des pro­blé­ma­tiques bien spé­ci­fiques. Il est donc rare que les clients hé­sitent entre les deux. »« Les en­tre­prises qui achètent des scan­ners 3D dis­posent sou­vent dé­jà des tech­no­lo­gies de pal­page », in­dique Da­niel Brown (Crea­form). Les deux sys­tèmes sont plu­tôt com­plé­men­taires : la mesure tac­tile met en évi­dence des élé­ments in­vi­sibles sur le scan. Il est d’ailleurs pos­sible d’al­lier les deux solutions, en ins­tal­lant un scan­ner 3D sur une MMT, voire un bras de mesure 3D. C’est par exemple une so­lu­tion pro­po­sée par Fa­ro Tech­no­lo­gies : « On peut ain­si faire à la fois du pal­page et du scan, dé­crit David Wahl, in­gé­nieur com­mer­cial chez le fa­bri­cant. La po­si­tion du bras est me­su­rée pour scan­ner avec une grande pré­ci­sion. » Ce­pen­dant, « en mé­tro­lo­gie, il est dif­fi­cile de trou­ver et for­mer du per­son­nel pour opé­rer les MMT, re­lève Da­niel Brown (Crea­form). Des sys­tèmes plus simples, comme les scan­ners, per­mettent donc aux opé­ra­teurs de pro­duc­tion de faire des me­sures. » De plus, les scan­ners per­mettent d’ob­te­nir la géo­mé­trie plus com­plète d’une pièce. Pour lui, ces ou­tils pren­dront, à terme, le pas sur les MMT.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.